Quelle est la plus belle année du hip-hop? C’est ce que nous allons découvrir en dévoilant régulièrement, l’une des dix meilleures années du hip-hop dans l’ordre décroissant du classement.

#10 – 1997: La fin de la guerre east/west, Biggie, Will Smith, Jay-Z, Busta Rhymes…

#9 – 2000: La montée en puissance d’Eminem et le triomphe d’Outkast

#8 – 2003: 50 Cent devient roi de New York, dernier classique pour Jay-Z

Albums classiques: Get Rich or Die Tryin de 50 Cent – Trap Muzik de T.I. – The Black Album de Jay-Z – Diplomatic Immunity des Diplomats – The Ownerz de Gang Starr – Cheers d’Obie Trice – Chicken & Beer de Ludacris – Beg For Mercy de G-Unit

Singles timeless: In Da Club, 21 Questions, P.I.M.P et Many Men de 50 Cent – I Can de Nas – Satisfaction de Eve – Flipside de Freeway – Pump It Up de Joe Budden – Stand Up de Ludacris – Sing For The Moment d’Eminem – Through The Wire de Kanye West – 99 Problems et Dirt Off Your Shoulder de Jay-Z – Gangsta Nation de Westside Connection – Where The Hood At? et Get It On The Floor de DMX – Hey Ya de Outkast – Get By de Talib Kweli – Blow It Out de Ludacris – Poppin Them Thangs de G-Unit – Skills de Gang Starr – Hip-Hop de Royce Da 59

Rappeurs à leur apogée: Jay-Z – 50 Cent – Cam’Ron

Nouveaux venus: T.I. – Freeway – Fabolous – Juelz Santana – Obie Trice

Underground’s jewelz: A Little Deeper de Ms Dynamite – Shadows On The Sun de Brother Ali – Visions Of Ghandi de Jedi Mind Tricks – Full Circle des Hieroglyphics – Revolutionary Vol 2 d’Immortal Technique – The Listening de Little Brother


Confronté à l’obligation d’égaler le succès de son plus grand album sorti deux ans plus tôt, Jay-Z annonce que son prochain projet allait être son dernier. Pendant ce temps, le buzz autour d’Eminem fait place à l’envie de quelque chose de nouveau, de frais, et on l’a eu avec l’émergence de 50 Cent. C’est ainsi que l’année fut un grand succès en terme de classiques. L’album de Jay-Z a dépassé les attentes et sera le dernier classique du rappeur de Brooklyn, tandis que Get Rich or Die Tryin’ fut le plus grand premier album depuis celui de Snoop Dogg en 1993 et permis à 50 de prendre à Nas la couronne du roi New York, pour cette année du moins. Et ce n’était pas terminé pour Shady/Aftermath qui avec les sorties d’Obie Trice et de G-Unit ont d’avantage maintenu leur présence dans l’industrie.

En plus de cela, on a eu le premier album de T.I. et des Diplomats ainsi que le tout dernier classique de Gang Starr. L’année verra également de très bons albums dans l’underground avec un vent de fraicheur féminin nous venant du Royaume Uni en la personne de Ms Dynamite, tandis que Jedi Mind Tricks, Brother Ali, les Hieroglyhics, Immortal Technique et Little Brother contenteront les puristes.

 

Les critères de sélection:

1. L’état du rap game: Quels étaient les événements qui entouraient la culture à l’époque ?
2. L’influence sur le genre: Dans quelle mesure et de quelle manière l’année en question a-t-elle influencé le hip-hop ?
3. Le nombre d’albums classiques: Quelles ont été les sorties les plus importantes et les plus marquantes de l’année ?
4. Les singles timeless: Quels sont les singles de l’année qui passent encore en boucle aujourd’hui ?
5. Les rappeurs à leur apogée: A l’époque, quels MCs étaient au sommet de leur art ?
6. Les nouveaux venus: Quels rappeurs en devenir ont explosé cette année-là ?