10 fois où la police a débarqué chez des rappeurs (sans être invitée)

De Lil Wayne à J Cole en passant par Bobby Shmurda, Soulja Boy et évidemment T.I., voici une liste non exhaustive de rappeurs qui ont eu la mauvaise surprise de voir la police débarquer chez eux, que ce soit justifié ou non.

Bobby Shmurda

Le 18 décembre 2014, le rappeur Bobby Shmurda et les membres de son crew GS9 ont été arrêtés lors d’un raid aux Quad Studios à New York à la suite d’une longue enquête sur le crew de Brooklyn. La descente, qui a eu lieu au plus fort de la popularité de Bobby Shmurda, a permis de découvrir 21 armes à feu, du crack et de la mar*juana. L’incident a ébranlé la communauté hip-hop, qui avait fait de Shmurda une étoile montante du game.

Au final, Bobby Shmurda a plaidé entre autres pour conspiration et possession d’armes et a été condamné à quatre ans de prison avant de voir la peine être prolongée. La majorité de son team étant condamné à des peines de prison encore plus lourdes pour leur propre implication dans l’affaire. Bobby est finalement sorti de prison en février 2021.


Gucci Mane / Waka Flocka Flame

Le 16 décembre 2010, le domicile du rappeur Waka Flocka Flame a fait l’objet d’une perquisition dans le cadre d’une enquête sur une éventuelle prostitution et la présence d’armes et de dr*gues sur les lieux. Waka Flocka n’était pas chez lui au moment de la perquisition, mais Gucci Mane était présent. Il vivait avec Waka et sa mère pendant un certain temps. Gucci a été menotté après que la police a trouvé des armes et une petite quantité de mar*juana sur les lieux, mais il a été relâché par la suite. La mère de Waka Flocka a affirmé que la police cherchait des preuves de l’affiliation de son fils à des gangs. Waka a ajouté que l’idée qu’il puisse faire partie d’un gang était hilarante.

 

J Cole

J Cole n’est pas le premier rappeur auquel on pense lorsqu’il s’agit de raids policiers, mais cela lui est arrivé le 18 mars 2016 pour une raison complètement surréaliste. Alors que le MC se trouvait à Austin pour le festival de musique SXSW, son studio de Caroline du Nord était perquisitionné par le SWAT. Le raid, filmé par une caméra, montre 12 membres du SWAT s’approchant de la maison et défonçant la porte.

La raison du raid? L’un des voisins de Cole pensait que le rappeur et ses amis cultivaient de la mar*juana ou utilisaient la maison comme dépôt de dr*gue. Les policiers n’ont pas enquêté, ils y sont allés direct. L’incident a servi d’inspiration pour sa chanson « Neighbors« , extraite de son album 4 Your Eyez Only sorti en 2016.


Nipsey Hussle

Nipsey Hussle devait monter sur la scène du festival Made in America 2014, mais une descente de police qui s’est produite quelques heures avant sa prestation prévue a bouleversé ses plans.

Le 29 août 2014, la police de Los Angeles est arrivée à Slauson Avenue Clothing, dans le quartier Hyde Park de Los Angeles et a arrêté Nipsey Hussle. Le rappeur a manqué son concert prévu ce jour-là, mais a payé une caution de 13.000 dollars pour s’assurer qu’il serait en mesure d’être présent lors du deuxième jour du festival Made in America.

 

T.I.

Le 27 octobre 2007, des agents de l’ATF, de l’U.S. Marshal’s Fugitive Task Force, du Fulton County SWAT, de la police du comté de Fulton, de la police du comté de Dekalb et de l’ATF/Atlanta PD Violent Crime Impact Team ont fait équipe pour effectuer une descente au domicile de T.I., qui avait acheté des armes illégalement par l’intermédiaire de l’un de ses gardes du corps. Cette descente et l’arrestation immédiate de T.I. coïncidaient avec la cérémonie des BET Awards 2007, et a remis en lumière la relation tendue du hip-hop avec les forces de l’ordre. Alors que la situation semblait irrémédiable à première vue, T.I. a plaidé coupable d’accusations liées aux armes et a été condamné à un an de prison, une peine relativement légère par rapport à ce que beaucoup avaient prédit.


Lil Wayne

Le 3 novembre 2015, la police a fait une descente dans le manoir de Lil Wayne à Miami Beach avec un mandat de saisie en raison de dettes impayées. Un juge avait ordonné au rappeur de payer 2 millions de dollars à la société de location de jets Signature Group dans un procès civil. Lil Wayne, qui n’était pas chez lui au moment de la descente de police, a commenté l’opération sur Twitter, écrivant : « Ce sont des jours comme aujourd’hui qui me font questionner tout, même moi, mais je suppose que c’est la récompense que je reçois. Parfois, c’est dur d’être dur et encore plus dur d’être moi ». Il a également fait référence aux femmes de sa famille comme étant sa motivation pour aller de l’avant.


Juelz Santana

Le 2 février 2011, le rappeur de Harlem et membre du groupe The Diplomats, Juelz Santana, s’est rendu aux autorités et a été inculpé de plusieurs infractions graves liées à la dr*gue après une perquisition effectuée un mois plus tôt dans son studio d’enregistrement du New Jersey. La perquisition a permis de découvrir deux armes chargées, des munitions et 17 sacs en plastique contenant de la mar*juana.

 

Le raid, qui était l’aboutissement d’une enquête de 10 mois, a permis à l’inculpation de Santana pour possession d’arme sans permis, possession avec intention de distribuer d’une substance dangereuse contrôlée à moins de 300 mètres d’une zone scolaire, et deux autres chefs d’inculpation similaires. Le rappeur a payé une caution de 125.000 dollars et a affirmé qu’il était injustement ciblé par la police.


Soulja Boy

Les frasques de Soulja Boy l’ont finalement rattrapé le 15 décembre 2016, lorsque la police a fait une descente à son domicile à la suite d’un signalement de Crime Stoppers selon lequel le rappeur avait menacé violemment des personnes sur internet.

La perquisition a permis de trouver une arme à feu, ce qui, étant donné sa situation de criminel condamné, constitue une violation de sa période de mise à l’épreuve, et a conduit à son arrestation. Accusé de possession d’arme à feu, Soulja a plaidé coupable en avril 2017, recevant cinq ans de mise à l’épreuve et 240 jours de travaux d’intérêt général. Il n’est également pas autorisé à menacer qui que ce soit ou à posséder des armes mortelles, pas même une réplique ou un jouet.

 

Wiz Khalifa

Wiz Khalifa a eu ses propres démêlés avec la justice lorsque son car de tournée a été perquisitionné le 9 novembre 2010. La police a fait irruption dans le car du rappeur alors qu’il se produisait sur scène et l’a arrêté, ainsi que neuf autres personnes, après le concert. Toutes les personnes placées en garde à vue ont été accusées de trafic de mar*juana, de possession ou de stockage de mar*juana et de possession de matériel pour la consommation de dr*gues. Wiz a été libéré moyennant une caution de 300.000 dollars et les charges retenues contre lui ont été abandonnées en septembre 2011.


Young Thug

Le 15 juillet 2015, Young Thug se faisait arrêter à son domicile pour un mandat non respecté. Au moment de son arrestation, son domicile a également été perquisitionné, les officiers y découvrant des dr*gues et des armes. Le lendemain, il a été inculpé de divers délits liés à la dr*gue et aux armes, mais Thugger a été libéré après le paiement d’une caution de 10.000 dollars. Finalement, toutes les accusations portées contre lui ont été abandonnées après que la descente initiale à son domicile a été jugée illégale, permettant au rappeur de rester libre.


 

Thomas Cll
Amateur de real hip-hop old school, spécialisé en gangsta rap