Youtube bannit les chaines de R Kelly de sa plateforme

YouTube a retiré deux chaînes liées à R. Kelly après que celui-ci a été reconnu coupable de tous les chefs d’accusation dans un procès fédéral pour trafic sexuel la semaine dernière, a déclaré la société.

Toutefois, les chansons et les albums de Kelly continueront d’être disponibles sur le service YouTube Music, et le contenu généré par les utilisateurs incorporant la musique de Kelly est toujours autorisé sur la plateforme principale.

YouTube a supprimé les chaînes liées à Kelly conformément à ses directives en matière de responsabilité des créateurs. Ces directives stipulent que si les propriétaires de chaînes sont accusés de crimes très graves, la plateforme peut mettre fin à leurs chaînes si le contenu est étroitement lié aux crimes et si les propriétaires des chaînes ont été condamnés ou ont plaidé coupable.

Kelly, qui a nié avec véhémence et à plusieurs reprises tout acte répréhensible, a été reconnu coupable d’avoir orchestré un projet de longue haleine visant à recruter des femmes et des jeunes filles mineures à des fins sexuelles.

YouTube a cité le fait que les poursuites engagées contre Kelly, 54 ans, chanteur R&B lauréat d’un Grammy, étaient fondées sur l’allégation selon laquelle il aurait profité de sa célébrité et de son pouvoir dans l’industrie musicale pour abuser sexuellement de femmes et de jeunes filles.

 

Kelly ne pourra plus utiliser, posséder ou créer d’autres chaînes YouTube, a décidé la plateforme. Le service supprimera une nouvelle chaîne si elle est utilisée pour reuploader du contenu d’un compte précédemment résilié.

La musique de Kelly reste accessible sur les principaux concurrents de YouTube, notamment Spotify, Apple Music et Amazon Music.

Après le verdict de la semaine dernière, certaines personnes ont redoublé d’efforts pour pousser les principaux services de diffusion de musique à retirer la discographie de Kelly, arguant notamment qu’il n’était pas correct de fournir une plateforme mondiale – et d’éventuels revenus de royalties – à un prédateur sexuel en série condamné.

Spotify, Apple et Amazon n’ont pas dévoilé ce qu’ils comptaient faire de la bibliothèque musicale de Kelly et sur les critères qu’ils pourraient prendre en compte pour retirer l’intégralité de l’œuvre d’un artiste.

 

Pendant des décennies, Kelly a été la cible d’accusations troublantes d’inconduite et d’abus sexuels, alors même qu’il grimpait dans les classements Billboard, remportait des Grammy Awards et entrait dans le panthéon du R&B avec « I Believe I Can Fly » et d’autres tubes à succès.

Mais avec la montée du mouvement #MeToo en 2017, il a commencé à faire l’objet d’un regard plus approfondi. #MuteRKelly, une campagne populaire cofondée par Oronike Odeleye et Kenyette Tisha Barnes, a œuvré pour que sa musique ne soit plus diffusée à la radio ou via des services de streaming.

La campagne a été un succès à certains égards. La diffusion des chansons de Kelly à la radio a largement régressé, et les chansons qui étaient autrefois utilisées lors de cérémonies de remise des diplômes, de mariages et de fêtes ne le sont plus.

Mais les données sur les plateformes de streaming suggèrent que l’appétit pour ses tubes des années 1990 et 2000 n’a pas faibli. Il compte près de 5 millions d’auditeurs mensuels sur Spotify, selon les informations figurant en haut de sa page d’artiste sur l’application.

Chloé Tissier
Inconditionnelle de musiques hip-hop, soul et r&b "Be bold, be brave enough to be your true self" - Queen Latifah

Stay Connected

610,238FansLike