Actuellement en prison et frappé par de grosses difficultés financières, Young Buck s’est déclaré en banqueroute en indiquant que ses principaux créanciers sont les mères de ses six enfants, le ministère des services sociaux de Géorgie et le fisc.




Cette démarche s’avère également être une tactique commerciale astucieuse de la part de Young Buck, qui conteste une somme d’argent non divulguée due à 50 Cent et G-Unit. Il demande ainsi de « rejeter tout contrat exécutoire avec G-Unit et/ou Curtis Jackson ».

Le rappeur s’est plutôt bien débrouillé malgré son litige contractuel avec 50, puisqu’il a gagné un peu moins de 100 000 dollars par an entre 2017 et 2019, mais cela n’a pas suffi à le protéger de l’IRS, qui prétend que le rappeur doit 415.892,04 dollars pour la période de 2014 à 2019.

Le beef qui oppose Buck à 50 a explosé en mai 2019, lorsque le boss du G-Unit a bloqué la sortie du single et de la vidéo « Road Trip » de Buck sur YouTube en réclamant des droits d’auteur.




Le mois suivant, Young Buck a riposté avec deux disstracks intitulés « Foofy » et « The Story of Foofy », scellant ainsi le destin du rappeur au sein du G-Unit qui l’empêche de sortir des albums et le prive donc d’une source de revenus dont il aurait bien besoin en ce moment.

Cette démarche est mal accueillie par 50 Cent qui aura du mal à contester la décision du juge de le libérer d’un contrat qui ne lui permet pas de gagner assez d’argent pour rembourses ses dettes.