Voici comment trois témoins qui devaient défendre R Kelly se sont fait piéger lors du procès

Après plus d’un mois où les témoignages des victimes et des experts se sont succédés incriminant R Kelly, c’était au tour de la défense du chanteur de faire défiler à la barre des témoins qui étaient censés le défendre.

Malheureusement pour Kells, leurs témoignages ne semblent pas avoir convaincu les jurés: certains ont admis avoir un intérêt financier dans l’acquittement de Kelly, d’autres semblaient à peine le connaître, et tous ont contredit des éléments clés.

Ils étaient donc cinq: un ingénieur du son, un garde du corps, un rappeur raté, un comptable et un consultant en musique. Si les deux derniers se sont avérés ne pas être d’une grande importance pour une quelconque partie car ils n’étaient tout simplement pas présents dans les années où les faits sont reprochés, les trois premiers ont livré des témoignages maladroits et peu satisfaisant après s’être faits contre-interroger par les procureurs.

 

Jeff Meeks, ingénieur du son

Jeff Meeks, un ingénieur du son qui a travaillé pour Kelly jusqu’en 2019, a parfois reconnu qu’il ne savait pas ce qui se passait entre Kelly et ses victimes présumées. Lorsqu’on lui a demandé si les femmes qui restaient dans le studio étaient autorisées à manger, Meeks ne pouvait pas le dire avec certitude. « Je ne veux pas supposer, mais je dois supposer qu’elles ont mangé », a-t-il dit. « Je suppose que je ne sais pas… Je suis sûr que tout le monde mangeait ».

 

Meeks a nié que les femmes étaient retenues dans les studios contre leur volonté, comme plusieurs des victimes présumées l’ont décrit auparavant dans le procès. Mais comme les procureurs l’ont révélé au cours du contre-interrogatoire, Meeks leur avait déjà parlé, lors d’une interview, d’un incident au cours duquel une femme avait voulu partir. Mais Jeff ne sachant pas quoi faire a refusé qu’elle parte, et a demandé à un autre employé, « Qu’est ce qu’on fait ? » Lorsque la femme a été autorisée à partir, Meeks avait déclaré se sentir « soulagé ».

L’ingénieur a d’abord travaillé pour Kelly de 2002 à 2010, puis de nouveau de 2014 à 2019. Les procureurs ont demandé comment Meeks pouvait alors se porter garant de la conduite de Kelly avant 2002, et il a répondu qu’il avait entendu parler de lui.

« Je pense que tout le monde savait qui il était », a-t-il dit. « Vous vous souvenez de Space Jam ? »

Meeks ne travaille plus dans l’industrie musicale, et presque toutes les chansons sur lesquelles il a été crédité sont celles de Kelly. Un élément qui, selon les procureurs, a incité Meeks à témoigner de l’innocence de Kelly.

 

Larry Hood, ancien garde du corps

Larry Hood, un ami d’enfance de Kelly qui travaillait comme garde du corps tout en étant officier de police à Chicago, a déclaré qu’il n’avait jamais vu Kelly avec des filles mineures. Mais lors du contre-interrogatoire, il a rapidement reconnu avoir fréquenté assez souvent Aaliyah à partir du moment où elle avait 12 ou 13 ans. Il a également déclaré qu’il voyait les amies d’Aaliyah, dont l’une avait témoigné avoir vu Hood la première fois que Kelly a abusé d’elle sexuellement, lorsqu’elle avait 14 ou 15 ans.

Bien que Hood ait affirmé avoir quitté les forces de police en 2007 en « bons termes », il a omis un détail crucial relevé par l’accusation: Il est en fait parti après avoir plaidé coupable de faux en écriture pour l’utilisation de faux billets de 100$.

 

Dhanai « Da-Ni » Ramanan, le rappeur sans carrière

Dhanai « Da-Ni » Ramanan est un aspirant rappeur raté qui a passé 15 ans dans l’entourage du chanteur alors qu’il n’était pas rémunéré et n’avait aucun autre emploi. Ramanan, qui n’a jamais sorti d’album, a décrit Kelly comme un mentor et a parlé avec passion de l’art du chanteur.

 

Ramanan a nié avoir vu Kelly frapper ses petites amies, les enfermer dans une pièce ou les empêcher d’aller aux toilettes ou de manger. Au restaurant, a-t-il dit, les femmes commandaient et mangeaient en premier. « C’était de la galanterie », a-t-il expliqué.

Bien qu’il ait déclaré avoir passé « chaque jour » avec le chanteur pendant 15 ans, le témoignage de Ramanan lors du contre-interrogatoire a révélé qu’il faisait moins partie du cercle intime de Kelly qu’il ne le prétendait. Les photos de Kelly et de son entourage en tournée, que les procureurs ont montrées comme preuve, n’incluaient pas Ramanan. Il n’a pas réussi à se rappeler quelles étaient les « nombreuses » tournées lors desquelles il a accompagné Kelly, déclarant plus tard qu’il n’avait été présent que pour quelques-unes d’entre elles. Parmi les employés et associés de Kelly dont les noms sont revenus à plusieurs reprises dans le procès, celui de Ramanan n’avait pas été mentionné une seule fois avant son témoignage.

Ces trois témoignages bordéliques contrastent fort avec le travail des procureurs qui ont fait venir plus de 40 témoins à la barre, dont 11 étaient les victimes présumées de Kelly.

Chloé Tissier
Inconditionnelle de musiques hip-hop, soul et r&b "Be bold, be brave enough to be your true self" - Queen Latifah

Stay Connected

610,238FansLike