‘Me Against The World’ est sorti en 1995 et est tiré de l’album éponyme. Dans ce morceau, Tupac aborde les sujets tels que l’injustice, l’inégalité et l’iniquité dans son combat personnel et solitaire face au reste du monde.






Peu importe dans quel quartier il se trouve, Tupac ressent toujours cette anxiété meurtrière et policière, ayant lui-même été de nombreuses fois confronté à la justice américaine. Bien qu’il représente une menace pour les autorités, la censure ne le fera pas céder et il continuera à délivrer un message de révolte auprès du plus grand nombre. Il est intéressant de noter que Pac commence son couplet en évoquant sa prophétie et confiera après la sortie de cet album que cela aura permis d’anticiper certains événements futurs :

Peux-tu visualiser ma prophétie ?
Le stress de la ville, les flics sont à mes trousses
Le ghetto est plein de balles
Bien que les corps tombent, il n’y a pas moyen de m’arrêter
Je bouge constamment tout en gagnant des millions
J’assiste à des meurtres, laissant des cadavres dans des bâtiments abandonnés

Il est réputé que les adolescents sont les plus démoniaques dans le ghetto lorsqu’ils arrivent à l’âge de rébellion et de quête du respect. Dépendant à l’adrénaline que cause la sensation de tuer, Tupac comprend le soulagement que cela procure, compensant la misère dans laquelle ils vivent. Or ces actes auront des conséquences désastreuses par la suite :

Impossible d’atteindre les enfants, car ils sont dangereux
Ils sont accros au meurtre et à l’appel du tir en pleine tête sans aucune émotion
Mais vont-ils perdurer ou se faire descendre ?
Bâtard têtu, il écoutera peut-être dans son cercueil
Les conséquences : plus de corps sont enterrés
Je perds mes potes à une vitesse folle, ils se réinstallent au cimetière

Tupac est paranoïaque, solitaire et méfiant de son entourage, ayant subi plusieurs trahisons tragiques. Considérée comme une émotion secondaire souvent liée à une blessure physique ou psychique, la colère peut être également estimée comme une passion, selon Aristote. Ici, Tupac s’imprègne de cette colère meurtrière en lien avec ses frustrations, ses déceptions, et ses souffrances. De plus, la jeunesse du quartier est mis à l’abandon et attire l’attention uniquement lors de faits divers criminels :

La question est de savoir si je vais vivre, personne au monde ne m’aime
Je me dirige vers le danger, je ne fais pas confiance aux étrangers
Je met une balle dans la chambre chaque fois que je ressens cette colère
Je ne cherche pas d’excuses 
Parce que c’est comme ça, à quoi ça sert ?
A moins que nous ne tirions, personne ne remarque la jeunesse

Fauché et désespéré, E.D.I Mean désire sortir de cette misère financière par la musique or il n’y arrive pas. De ce fait, il est contraint d’utiliser la violence ou la drogue pour s’évader du ghetto et avoir droit à une vie paisible :

Chaque jour, il y a plus de mort, et en plus, je suis sans argent
Je vois davantage de raisons pour moi de continuer à voler
Conspirer un complot et laisser ses potes endeuillés
Parce qu’il n’y a pas d’argent à amasser
Je suis sur le point d’agir
Je vais charger le MAC, maintenant regarde-moi faire klacka
J’ai essayé de me faire du fric à travers la musique mais ça ne marche pas
Et le diable rôde, je peux le voir sourire quand je suis en train de faire mon truc
Je dois y travailler et vendre
Risquant de 25 ans à la perpétuité

Épuisé de ce désarroi, Tupac craint d’avoir d’importantes séquelles psychiques une fois décédé, et par conséquent, ne jamais pouvoir accéder à un état de paix et de sérénité :

La question que je me pose, c’est après la mort, après mon dernier souffle
Quand vais-je enfin pouvoir me reposer de cette oppression ?

De nombreuses personnalités ont été exécutées pour s’être rebeller face aux gouvernements telles que Malcom X ou encore Martin Luther King. Pac se demande si par le biais de sa musique engagée, le même sort l’attend. Il dénonce également l’enrichissement des fortunés au dépend des pauvres :

Ils punissent les gens qui posent des questions
Et ceux qui possèdent volent ceux qui ne possèdent pas

Pac délivre ici un message éducatif pour les générations futures où il invite à chaque être à se cultiver afin d’éviter l’aliénation qu’attend le gouvernement. L’oppression et les menaces ne doivent jamais freiner la réflexion :

Le message que je m’efforce à envoyer : pour que ça s’arrête, étudie tes leçons
Ne te contente pas de peu, même le génie pose ses questions
Sois reconnaissant pour les bénédictions
Ne change jamais, garde ton essence
Le pouvoir est dans le peuple et la politique que nous abordons
Fais toujours de ton mieux, ne laisse pas cette pression te faire paniquer




‘Me Against The World’ reflète l’état d’esprit de Tupac via ses craintes pour l’avenir des États-Unis et de ses habitants. Il confie lors d’une interview : « Me Against the World était profond, réfléchi. C’était comme un disque de blues. C’était un disque de blues. C’était toutes mes peurs, toutes ces choses qui m’empêchaient de dormir. Tout le monde pensait que je vivais et me portais bien, que je voulais expliquer mes tourments. Et il a fallu tout un album pour que tout cela se sache. Il explique mon mode de vie, qui je suis, mon éducation et tout. Il parle de la rue, mais il en parle sous un autre angle. »

 

De quoi ça parle? est la nouvelle section d’Adramatic Hip-Hop dans laquelle vous retrouverez quotidiennement une analyse textuelle détaillée d’un son ainsi que la traduction de ses passages clés afin d’en extraire l’histoire qu’il raconte.