Alors que la police de Las Vegas orientait son enquête vers les gangs pour identifier le meurtrier de Tupac, le FBI quant à lui, dirigeait la sienne vers la Ligue De Défense Juive, considérée par le Bureau comme un groupe extrémiste et qui avait proféré des menaces de mort à l’encontre de Tupac et d’Eazy-E. Malgré leurs efforts, ils n’ont cependant jamais pu lier ces menaces à la mort de Pac.

 

Dans des documents rendus public par le FBI en 2011, on apprend que la JDL essayait d’extorquer de l’argent à des rappeurs en les menaçant de mort. Parmi les noms cités, Tupac et Eazy-E.

 

Et ils expliquent le processus:

« Le plan était de faire des menaces de mort via appels téléphoniques. Ensuite d’autres contactaient la victime et leur offraient une protection en échange d’une commission. La victime et sa famille sont emmenées à un lieu sûr, protégé par des gardes armés associés avec la Ligue de Défense Juive. Ils convainquent ensuite la victime qu’ils sont parvenus à un accord avec les personnes ayant proféré les menaces de mort et les menaces cessent. La victime paye ensuite une somme d’argent pour être protégée et peut ensuite continuer sa vie normalement. »






Le reste du document de 102 pages que vous pouvez consulter dans son intégralité ici dévoile donc que Tupac et Eazy-E recevaient ces coups de fils. Pour Eazy, ils se sont même rendus dans les bureaux de Ruthless Records. Bien que beaucoup de noms clés aient été omis, le document révèle également que la Ligue de Défense Juive a été accusée d’avoir incendié une Mosquée et d’avoir tenté d’assassiner un membre du Congrès.

Le rapport du FBI spécifie que la JDL a continué à proféré de menaces de morts à l’encontre de la femme d’Eazy-E et de sa famille au moins un an après son décès en mars 1995.

Cet article vous a été présenté en collaboration avec 2pac Legacy, le site francophone numéro 1 sur Tupac.

Suivez-nous sur Twitter