Selon Eric Nicks, actuel impresario chez Universal Motown, c’est en partie grâce aux actions de Tony Yayo que 50 Cent a pu être libéré de son contrat avec Violator Records afin de lui permettre de signer sur Shady Records et Aftermath.


Nicks a expliqué comment cela s’est passé lors d’une interview que lui et son collègue James Cruz ont réalisée avec Drink Champs.

« On entre dans le bureau de Todd Moscowitz, directeur général de Violator. C’était Tony Yayo, 50, moi, Chris (Lighty), Todd. On s’est dit: ‘On doit se libérer de ce contrat parce qu’Eminem veut nous signer sur Aftermath’. Todd a dit: ‘Je m’en fous, ça n’arrivera pas’. Chris se marre.  Je jure devant Dieu que Yayo a sorti son flingue et l’a posé sur la table. Il a mis son flingue sur la table, sans le pointer sur lui, et a dit: ‘Il faut qu’on soit libéré de ce deal’. Todd Moscowitz est sorti en courant du bureau en criant: ‘Je ne viens pas travailler pour des gars qui me sortent des armes!’ C’était un juif, un avocat juif. Il ne connait rien à la vie de la rue. »


« Tony Yayo reprend son flingue, moi et Chris n’arrêtions pas de nous marrer. Et Chris est tellement G, et c’est pour ça que j’ai énormément de respect pour lui, c’est qu’il voyait la situation dans son ensemble, et il a dit à 50: ‘Va poursuivre le succès chez Dr Dre et Em, mais la seule façon dont on te laissera partir, c’est si je suis ton manager.’ « 

 

A 32″ dans la vidéo: