De quoi ça parle? est la nouvelle section d’Adramatic Hip-Hop dans laquelle vous retrouverez quotidiennement une analyse textuelle détaillée d’un son ainsi que la traduction de ses passages clés afin d’en extraire l’histoire qu’il raconte.

 

‘The Proud’ est sorti en 2002 et est extrait de l’album Quality de Talib Kweli. Il utilise ce morceau afin d’attaquer l’État et ses choix politiques douteux, qui sont la cause de l’accroissement des inégalités et injustices sociales auprès des milieux défavorisés, tout en imaginant à quoi ressemblera le futur pour son fils et ce qu’il doit faire pour l’y préparer.




Talib Kweli parle aux noms de tous les habitants du ghetto, déterminés à vivre dans des conditions déplorables tout en gardant la tête haute :

Nous survivons, c’est plus que de la fierté
Nous restons en vie, prêts à rouler

Timothy McVeigh est un terroriste américain responsable de l’explosion d’un camion piégé devant le bâtiment fédéral Alfred P. Murrah d’Oklahoma le 19 avril 1995. Il est exécuté le 11 juin 2001 par les forces américaines.

Le 11 juin 2001. Timothy McVeigh est exécuté et le pays pousse un soupir de soulagement. Le bien l’emporte sur le mal, semble-t-il. D’une certaine manière, quand il est mort, nous nous sommes sentis plus en sécurité.

Cet assassinat a soulagé bon nombre de citoyens américains, or Talib Kweli n’y voit que l’essence même d’un chaos national. Le fait de divulguer cette exécution en première page de tous les journaux ne fera qu’accroître la haine et le racisme, mais ne proposera aucune solution adéquate et durable :

Aujourd’hui, le journal dit que Timothy McVeigh est en enfer
Donc tout va bien et tout doit être bien
Je me souviens d’Oklahoma quand ils ont foutu le feu
Et ont mis ‘Attentat Terroriste Islamique’ à la Une
C’est comme dire que seuls les gays ont le sida, de la propagande
C’est comme dire que le problème était réglé au moment où ils avaient enfermé cet homme
Faux ! Ce n’était que le début, la première manche
La bataille pour l’âme de l’Amérique, le diable gagne

Talib Kweli pointe du doigt la politique capitaliste de Bush qui enrichit les riches au détriment des pauvres. Les États-Unis est l’un des pays aux plus grandes inégalités sociales et monétaires. En effet, 1% des personnes les plus riches du pays détiennent plus de la moitié des richesses. De ce fait, les citoyens baignant dans une pauvreté extrême ne font plus confiance aux politiciens, considérés comme des escrocs assoiffés par l’abus de pouvoir. De plus, la communauté afro-américaine reste la principale cible persécutée par les autorités, instaurant ainsi un climat de méfiance et de haine raciale :




Le président est Bush, le vice-président est une bite/Dick (Cheney)
On va donc avoir droit à beaucoup de conneries
Ils ne veulent pas élever les bébés, alors l’élection est truquée
C’est pour ça que nous ne nous occupons pas de politique
Les parents se sont battus et se sont fait tirer dessus pour ça
Lavés au jet à haute pression, mordus par des chiens et assignés à résidence pour cela
Tout va bien, sauf que nous sommes toujours pauvres
L’argent, le pouvoir et le respect, c’est pour cela que nous tuons

En 2001, un policier prénommé Joseph Gray tue accidentellement en grillant un feu rouge une famille de Brooklyn alors qu’il conduisait en état d’ébriété. Toutefois, il ne sera pas jugé pour son délit. Cette polémique a créé un véritable scandale, amplifiant les injustices que subissent les pauvres face aux délits de certains officiers :

Le 4 août 2001. Un policier ivre fauche une famille entière à Brooklyn. Le juge le laisse partir sans caution. Cela nous rappelle à quel point nos vies ne valent rien pour la justice. J’ai du mal à expliquer la situation à mon fils, c’est difficile

Talib Kweli s’inquiète des conditions inégalitaires que subira son fils lorsqu’il grandira. Encore jeune et insouciant, il risque de se confronter à la désillusion du monde qui l’entoure. Les armes peuvent effrayer certains, or n’importe qui a accès à ce moyen de défense, alors que ceux qui détiennent le pouvoir et la connaissance sont plus dangereux car ils ont une emprise sur le destin de chacun. Talib Kweli conseille ainsi son fils d’être prudent et méfiant :

Les négros qui ont des connaissances sont plus dangereux que ceux qui ont des armes
Ils rendent les armes faciles à obtenir et essaient de garder les négros stupides.
Ils ciblent les gangs
Je connais déjà tout ça, mais qu’est-ce que je dois dire à mon fils ?
Je veux qu’il vive correctement, qu’il vive bien, qu’il respecte les règles
Il a cinq ans et il pense toujours que les flics sont cool
Comment lui annoncer que lorsqu’il grandira
Il sera perçu comme une menace ou verra la peur dans leurs yeux

La loi est dictée par ceux qui détiennent le pouvoir, autrement dit les policiers, les juges et le gouvernement.Leur principal activité est d’éradiquer toutes menaces potentiellement nuisible à la nation, autrement dit la communauté noire.
Tupac et Biggie étaient considérés comme nocifs pour le gouvernement de part leurs âmes révolutionnaires rassemblant plusieurs communautés, de ce fait, Talib incrimine les autorités d’être en partie responsable de leur mort ou de ne rien faire pour arrêter les coupables :

C’est dans leur fonction de mettre fin à la menace
Il peut donc s’attendre à recevoir 41 coups de feu dans son corps
Le précédent est établi, peu importe s’il suit la loi
Je sais que je vais instruire la fierté et l’humilité à mon fils
J’emmerde les flics ! Je crois que les flics ont tué Big et Pac aussi
S’ils ne l’ont pas fait, c’est obligé qu’ils sachent qui l’a fait
Ceux qu’ils servent et protègent, ce n’est pas toi négro




Talib Kweli s’adresse à son fils et tente de lui présenter la réalité injuste dans laquelle ils vivent. Entourés d’officiers corrompus, ces derniers n’auront aucune peine à abattre le moindre noir qu’ils considéreront comme un obstacle au bon déroulement de leur imposture.
Kurt Loder est un écrivain et présentateur américain qui se charge de l’actualité des cultures populaires, Talib lui explique ainsi qu’il est dérisoire de blâmer la famille d’un policier mort, alors qu’une de leur principale mission est d’abattre des civils, sans remords et empathie envers l’entourage :

Protèges toi, ou mieux encore, respecte toi
C’est directement à l’hôpital que tu dois te faire examiner
Ils reçoivent des tuyaux par des balances et des crews rivaux
Ils leur rendent service donc ils travaillent aussi pour les trafiquants de drogue
Des hommes d’affaires avec de la haine dans leurs étuis
Ils te tirent dans le dos, ne le feront pas face à toi comme un soldat
Kurt Loder m’a demandé ce qu’il est censé dire à la femme d’un flic mort
Que les flics tuent mon peuple tous les jours, c’est la vie

‘The Proud’ renforce l’audace des minorités vivant dans le ghetto, avec un message rempli d’encouragement et de force à tout citoyen subissant des injustices raciales, sociales et policières de la part du gouvernement et des autorités américaines.

Pour plus d’articles, traductions de chansons sur le Hip-Hop Conscient & Positif, rejoignez la page Hip-Hop Conscient et Positif