R. Kelly est enfin attendu au tribunal le 9 août, mais ses avocats se battent pour empêcher l’utilisation de plusieurs nouveaux éléments de preuve que le gouvernement veut présenter contre lui dans son procès pour trafic sexuel.

Le chanteur R&B doit répondre à des accusations à New York la semaine prochaine, selon lesquelles il a été pendant plus de 20 ans le chef d’une entreprise de racket composée de managers, de gardes du corps, de chauffeurs, d’assistants personnels et de rabatteurs qui recrutaient des femmes et des jeunes filles pour qu’elles se livrent à des activités sexuelles illicites avec le chanteur et compositeur.

L’accusation a déposé la semaine dernière une motion visant à présenter des preuves que le crooner de Chicago a eu des relations sexuelles avec un jeune homme mineur rencontré dans un McDonald en 2006. Les documents judiciaires indiquent également que Kelly a forcé le jeune homme à avoir des relations sexuelles avec une femme mineure et que l’interprète de « 12 Play » a filmé la rencontre pour son plaisir.

 

Les avocats de R. Kelly se battent également pour faire rejeter les preuves selon lesquelles il aurait mis Aaliyah enceinte en 1994, alors qu’elle était âgée de 15 ans, et aurait ensuite soudoyé un fonctionnaire pour lui obtenir une fausse carte d’identité afin de pouvoir l’épouser.

« Il n’existe absolument aucune preuve physique, ni circonstancielle, de la véracité de ces allégations avancées par le gouvernement. En raison du décès malheureux de l’inconnue n°1 [Aaliyah] le 25 août 2001, elle est légalement indisponible. Par conséquent, les informations supplémentaires que le gouvernement cherche à introduire concernant l’inconnue n°1 ne sont rien d’autre que des conjectures et un effort pour renforcer leur récit », a déclaré Thomas Farinella, l’avocat de Kelly, à propos de ces nouvelles preuves.

 

Les avocats de R. Kelly ont également exprimé leur désaccord avec les questionnaires envoyés aux jurés potentiels, car ils ne contenaient pas de questions sur leurs opinions concernant les relations homosexuelles. Les avocats affirment que ce sujet était une partie essentielle de l’interrogatoire, et que le fait de ne pas inclure de telles questions viole également le droit constitutionnel de R. Kelly à un procès équitable.

 

Amateur de hip-hop américain et français et plus généralement d'urban. Top 5: Tupac, Biggie, Eminem, Nas, Ice Cube