Le 27 novembre 2000, Ol Dirty Bastard, qui était poursuivi par la police depuis plus d’un mois, se faisait finalement arrêter par les forces de l’ordre dans un Mc Do de Philadelphie. Le rappeur s’était échappé le 17 octobre d’un centre de désintoxication de Pasadena en Californie dans lequel il avait été admis pour ne pas avoir respecté sa période de mise à l’épreuve datant de 1999 où il avait été accusé d’avoir proféré des menaces terroristes et d’être en possession d’un gilet par balles.

Une fuite qui s’est donc achevée dans un Mc Donald où le gérant, voyant l’amassement gigantesque de fans, a appelé la police sans même connaître l’identité du rappeur.

Les policiers convoqués sur les lieux ont, eux, rapidement réalisé qui il était et se sont dirigés vers lui. ODB a d’abord approché les policiers, pensant qu’ils voulaient son autographe, mais lorsqu’ils ont commencé à sortir leurs armes, le rappeur a sauté dans sa voiture et a tenté de s’échapper, se dirigeant vers une sortie par la voie du drive-in du restaurant.

La police a bloqué la sortie et a arrêté le rappeur, qui a présenté une carte d’identité d’une agence d’encaissement de chèques portant un faux nom.

Trop sûr de lui ou trop provocateur? Selon une source, le rappeur ne faisait rien pour cacher son identité: « Il se planquait dans le sud de Philadelphie, sachant qu’il a un visage connu du public. Vu qu’il était une star, il le faisait savoir. »

A noter que quelques jours avant son arrestation, il avait même participé à un concert du Wu-Tang à New York mentionnant ‘Je ne peux pas rester trop longtemps ce soir, les flics sont à mes trousses’. Et pourtant, des policiers étaient postés à l’extérieur de la salle de concert, mais ne sont pas intervenus, ignorant complètement qu’un fugitif était en train d’interpréter ses chansons devant des milliers de fans.