Pusha T clashe McDonald’s et son Filet-O-Fish dans une chanson

Pusha T a sorti un nouveau diss qui s’en prend à McDonald’s, près de deux décennies après que le rappeur ait prétendument eu l’idée du jingle « I’m Lovin It ».

Dans le cadre d’un partenariat avec la chaîne de fastfood rivale Arby, « Spicy Fish » permet à Push de s’attaquer au Filet-o-Fish.

« Je suis la raison pour laquelle tout le monde l’aime, maintenant je dois le démolir. » Tels sont les premiers mots de Pusha T en référence à McDonald’s sur le diss.

« Comment osez-vous vendre un poisson carré en nous demandant de lui faire confiance ? / Une demi-tranche de fromage, Mickey D’s avec un budget limité », poursuit-il sur un beat percutant. « Dis moins, cet argument est sans fondement / Noyé dans le tartare, ce Filet-o-Fish est sans goût », continue Pusha.

Pusha T veut des droits sur le jingle de McDonald’s

Mais pourquoi le rappeur des Clipse s’attaque-t-il au géant du fastfood ? Au début des années 2000, McDonald’s a engagé plus de dix agences de publicité pour l’aider à redresser ses actions alors en difficulté. Le résultat fut le fameux « ba-da, ba-ba-ba » que tout le monde associe à Mickey D’s. Butch Stewart, un maître du jingle, a ensuite transformé ces cinq syllabes en chanson, que McDonald’s a transformée en un plan marketing magistral.


Ils ont présenté les concepts à Pharrell, qui en a fait une chanson pour Justin Timberlake. McDonald’s a demandé à Timberlake de sortir la chanson plusieurs mois avant le début de sa campagne avec le jingle, ce qui a donné l’impression d’une opération organique, alors qu’il s’agissait d’une seule et même publicité massive.

En 2016, Pusha a affirmé avoir écrit le célèbre jingle publicitaire de McDonald’s « I’m Lovin’ It ». Cette revendication a depuis été contestée par les co-auteurs Tom Batoy, Franco Tortora et d’autres personnes impliquées dans sa création.

Quelques années plus tard, il s’en prend donc au fastfood dans une chanson à écouter ci-dessous:

Il regrette de ne pas avoir demandé plus

Dans une nouvelle interview accordée à Rolling Stone et consacrée à la chanson « Spicy Fish », Push a déclaré qu’il était « le seul responsable du swag « I’m Lovin’ It » et du jingle de cette société », ajoutant qu’il avait reçu une rémunération unique mais aucun royalties pour avoir écrit la campagne de marketing la plus durable de McDonald’s.

Et il exprime ses regrets pour ne pas avoir demandé plus à l’époque.

 

« Je l’ai fait à un très jeune âge, à un très jeune moment de ma carrière où je ne demandais pas autant d’argent et de droits de propriété. C’est quelque chose qui m’a toujours dérangé par la suite. Je me disais: ‘Bon sang, j’ai fait partie de tout ça et je devrais avoir plus de droits’. Il s’agissait d’un demi-million ou d’un million de dollars pour mon frère et moi, mais c’est rien comparé à la longévité de la publicité. Il fallait que je me débarrasse de cette énergie, et cette publicité était le moyen parfait pour que cette énergie se dise : ‘Tu sais quoi ? J’en ai fini avec ça.’ « 

 

Son beef avec Drake

Plus loin dans l’interview, Push est questionné sur son dernier « vrai » disstrack, ‘The Story Of Adidon’. Sorti en 2018 au sommet de son beef avec Drake, il accusait le chanteur de Toronto de « cacher un enfant ».

« On a passé un bon moment avec ‘Adidon’, mais j’en ai fini avec ça », a déclaré Pusha. « Je suis le tout premier à clasher un hamburger au poisson, et je devrais entrer dans l’histoire pour ça. J’espère que ‘Spicy Fish’ aura plus d’impact culturel que ‘Adidon’, parce que ça va aller directement dans ma poche. »

En effet, le jingle ‘We have the meats’ d’Arby sample une chanson de Skrillex et Yogi intitulée « Burial » sur laquelle Pusha rappe. Il affirme posséder 40 % de la chanson et être donc payé chaque fois qu’elle passe.

 

Sofiane Jensen
Amateur de hip-hop américain et français et plus généralement d'urban. Top 5: Tupac, Biggie, Eminem, Nas, Ice Cube