Love is Blind est sorti en 1999 et est tiré de l’album Let There be Eve…Ruff Ryders’ First Lady. Ce morceau, basé sur une histoire vraie, dénonce tragiquement les violences conjugales que subit la meilleure amie d’Eve. Cette dernière s’adresse à l’auteur de ces crimes, en pointant du doigt son comportement nocif et destructeur qu’il entretenait avec sa conjointe dès le début de cette relation.






Je ne te connais même pas et je te déteste
Regarde, tout ce que je sais c’est que ma copine est sortie avec toi
Comment te sentirais-tu si elle t’allongeait et te violait ?
Elle a essayé et essayé, mais elle n’a jamais pu t’échapper
Elle était amoureuse et je lui ai demandé comment ? Je veux dire pourquoi ?
Qu’est-ce que l’amour d’un négro qui te rend aveugle ?
Qu’est-ce que l’amour d’un négro qui te fait pleurer chaque nuit ?
Qu’est-ce que l’amour d’un négro qui te fait espérer sa mort ?
Je veux dire, merde, il t’achetait des choses et t’offrait des bagues en diamant
Mais ces choses ne combleront jamais la douleur qu’il t’apporte
Et tu restais, qu’est-ce qui t’a fait craquer chez lui ?
Ce négro avait le pouvoir de te faire ramper pour lui
Je pensais que tu étais docteur, tu restes disponible pour lui
Il t’embrassait en bas car il disait que tu étais trop grande pour lui, huh ?
Ceci n’était pas de l’amour, bébé tu étais en train de rêver
J’aurais pu te tuer quand tu disais que ton gosse grandissait dans son sperme

Eve décrit l’atrocité des actes de cet homme en l’accusant de viol conjugal, de chantage affectif, de domination malveillante ainsi que de son irresponsabilité face à la grossesse involontaire de sa conjointe.

L’amour est aveugle, et il te prendra ton âme
Ce que tu penses être de l’amour, n’en est absolument pas
Faut que tu t’élèves et réalises

Eve s’adresse directement à son amie, en essayant de lui faire prendre conscience de la relation perverse qu’instaure son conjoint, pouvant engendrer de nombreuses séquelles psychologiques.

Je te connais même pas et je voudrais te tuer de moi-même
Tu as joué avec elle comme si c’était une poupée et l’as reposée sur l’étagère
Tu ne la laissais pas aller à l’école et donner le meilleur d’elle-même
Elle avait un bébé de toi et tu ne lui apportais aucune aide

Eve s’alerte rapidement de la situation, et devient de plus en plus virulente à l’égard de cet homme. Elle évoque son envie de l’assassiner afin que son amie puisse retrouver son indépendance et une stabilité psychique. Elle dénonce également l’abandon de ce dernier face à la grossesse de sa conjointe mais aussi son comportement malveillant.

Comment tu peux battre la mère de tes enfants ?
Comment peux-tu lui dire que tu l’aimes ?
Tu n’en as rien à foutre de sa vie
Elle m’a dit qu’elle voulait te quitter, je l’admet
Mais elle est revenue, en mentant en disant que tu manquais à tes enfants
Elle ne savait pas qu’elle était ta maîtresse
Elle devait gérer les bagarres et les appels de tes salopes
Te pavanant comme si tu la possédais, elle me disait de m’occuper de mes affaires
Me disant que c’était sa vie et que je devais rester hors de tout ça
J’ai essayé et je me suis dit que juste pour lui, je garderai mon pistolet chargé
Cette histoire prend une tournure tragique, lorsqu’elle décède suite aux coups de son conjoint. Ce dernier nie sa responsabilité et soutient la famille de la défunte :
Je ne te connais même pas et je te veux mort
Je ne connais pas les faits  mais j’ai vu le sang couler de sa tête
Regarde j’étais posée près d’elle dans son lit d’hôpital
Et deux heures après, les médecins ont dit qu’elle était morte
Tu as eu le culot de te pointer dans la maison de sa mère le lendemain
Pour venir et présenter tes hommages et prier avec sa famille
Tu t’es agenouillé et t’as laissé couler une larme

Eve relate les violences conjugales à répétition dont est victime son amie ainsi que l’infidélité qu’elle subit. La mentalité malsaine et manipulatrice de son conjoint inquiète grandement Eve, qui tente de la libérer de l’emprise perverse qu’il entretient avec elle. En revanche, celle-ci refuse l’aide proposée.

Et avant que t’aies eu la chance de te lever
Tu as entendu mon flingue
Me suppliant maintenant, je ne suis pas Dieu mais je le prétendrai
Je ne t’ai pas donné la vie mais négro mais je peux lui donner une fin
Et je l’ai fait, d’un coup de feu et sans regret, jamais
Les flics sont venus, me regardant aller en prison
Négro peu importe c’était ma bitch, putain ma soeur
Tu n’aurais jamais compris même si je t’avais laissé en vie
Tout ce qu’était notre amour
Je la considérais comme mon sang et aucun lien ne sera jamais aussi fort

Remplie de rancoeur, Eve assassine cet homme en lui tirant une balle dans la tête, afin de venger son amie.

Dans ce morceau, Eve et Faith Evans pointent le quotidien de nombreuses femmes qui se font maltraitées, manipulées, trompées, frappées et violées sans arriver à se défaire de la situation. Elles mettent en avant la tournure tragique que peuvent prendre ces relations.

Quant au destin réel de la meilleure amie de Eve, son conjoint de l’époque lui avait piétiné son visage alors qu’elle était enceinte de 6 mois, lui faisant perdre l’usage de son oeil droit.