‘Letter to the King’ est sorti en 2008 et est tiré de l’album LAX. Dans ce morceau, Nas et The Game rendent hommage aux activistes militant pour la cause des afro-américains, qui ont été soit assassinés, soit emprisonnés en raison de leurs convictions politiques. Martin Luther King (assassiné en 1968), Rosa Parks (arrêtée en 1955), Nelson Mandela (emprisonné en 1962, pendant 27 ans), sont décrits comme des modèles. Démunis face à cette situation, The Game et Nas essaient de retrouver espoir en faisant appel au peuple afin de se mobiliser pour ce combat. 






Déprimé et morose, The Game trouve la force de se battre en s’imprégnant du courage des activistes oeuvrant pour la cause des Noirs. Il cite dans cet extrait, Rosa Parks et Coretta Scott King, deux femmes militantes pour les droits des afro-américains, en qui il trouve l’espoir qu’il a besoin afin d’affronter l’hostilité de ce monde raciste :

Je n’avais pas compris les rêves de « King »
Par coïncidence pour votre anniversaire, j’avais séché les cours.
Car le jeune idiot que j’étais courrait après l’argent, après les culs
Un voyou le visage dans l’herbe.
Je rentrais de l’école à la maison, passant devant le bus
Ne pensant même pas à tout ce que Rosa Parks a fait pour nous.
Comment elle est restée derrière les barreaux et elle l’a fait pour nous
Et elle y est restée jusqu’à ce qu’elle gagne pour nous
Parfois je veux abandonner ou au moins prendre une pause
C’est quand je ferme les yeux et je vois le visage de Coretta Scott

Nas se sent concerné face à ces questionnements et les luttes des militants qu’il considère aujourd’hui comme ses idoles. Autrefois jeune et rebelle, Nas n’avait pas la sensibilité adéquate face à un combat pacifique dirigé par l’apôtre de la non-violence, or en grandissant, il reconnait sa légitimité d’avoir assumer cette prise de position par le pouvoir des mots :  

Au « King », il respire pour toujours, ton message ne s’en ira jamais.
Quelques uns des tes potes sont hypocrites, j’aurais dû le dire quand je les ai vus
Ces bâtards louches, des pasteurs avares, cons, ne devraient jamais être autorisés à l’Église Ebenezer Baptist d’Atlanta.
Donc les gens, soyez patient, je connais cette grammaire du ghetto mais je suis un mec de la rue, normalement je ne parle que vulgairement.
Martin Luther King, le martyr, le soldat, la haine l’a tué.
Prix Nobel de la paix, ils ont dupliqué ton feeling.
Quand j’étais enfant je ne me sentais pas vraiment concerné
Je disais ton discours sur le rêve (I Have A Dream) en riant, jusqu’à ce que tes mots s’éveillent en moi.
Au début, je pensais que tu étais passif, un gars soft qui léchait des culs.
J’étais jeune mais honnête, je me sentais comme Mohammed (Ali)
Je ne connaissais pas encore la force que tu avais pour manifester.
Tu étais plus que de simples paroles, tu es le premier vrai Braveheart (crew de Nas)
Tu nous manques, j’ai l’impression que le King est en moi parfois.

Ici, The Game traite de l’évolution du racisme en confrontant deux appellations pourtant similaires mais diamétralement opposées dans leur signification. Le terme nègre est apparu dans un contexte d’esclavagisme alors que négro est employé par une personne noire à un destinataire ayant la même couleur de peau. The Game alerte donc sur cette distinction notoire qui accentue le racisme. La fin du couplet est structuré sous forme de question envers les politiciens et leurs prises de positions, et les invite à réfléchir à leurs convictions trop peu engagées. Pour conclure, il fait allusion à Jesse Jackson, présent lors de l’assassinat de MLK et se questionne sur sa non-intervention dans ce massacre, causant la perte d’une personnalité essentielle dans ce combat :

Le mot « Nigga » n’est pas du tout comme « Nigga » ( Nigger =/ Nigga)
L’un est de l’argot pour mon frère, l’autre est: pends-le et prends une photo
La corde n’est pas assez serrée, il est toujours en vie, va réparer ça.
Verse de l’essence sur lui, appelle ses filles des putes black.
Fais les ramasser le coton, pendant que leurs mères nettoient la cuisine.
Le même coton que pour les T Shirts blanc, c’est le coton qu’elles ramassaient.
Si Dr.King marchait aujourd’hui, est-ce que Bill Gates marcherait ?
Je sais qu’Obama le ferait mais est-ce qu’Hillary y prendrait part ?
Les grands esprits pensent de grandes choses.
Les images que je peins font passer Mona Lisa pour du faux art.
Je sens la souffrance de Nelson Mandela,
Car quand il pleut, il tombe des cordes, j’ai besoin du parapluie de Rihanna.
Pour les larmes de Coretta Scott, quand elle a reçu le coup de fil
Lui disant que le futur venait de prendre une balle en pleine tête.
Je me demande pourquoi Jesse Jackson ne l’a pas attrapé avant que son corps ne tombe.
Me donnera-t-il la réponse ? Probablement pas.






‘Letter To The King’ s’adresse ainsi à tous les militants de l’égalité des droits des noirs ayant sacrifiés leur vie pour abolir la ségrégation raciale présente aux États-Unis. Le mouvement afro-américain des droits civiques a inspiré de nombreux modèles de lutte notamment auprès des Amérindiens, avec le American Indian Movement ou encore la cause homosexuelle avec le Gay Liberation Front. 

 

De quoi ça parle? est la nouvelle section d’Adramatic Hip-Hop dans laquelle vous retrouverez quotidiennement une analyse textuelle détaillée d’un son ainsi que la traduction de ses passages clés afin d’en extraire l’histoire qu’il raconte.