Du sensationnel et du sordide au violent et au politiquement chargé, voici dix des covers d’albums de hip-hop les plus controversées de tous les temps.

Les artistes de hip-hop ont la réputation de se targuer d’une imagerie provocante pour compléter leur musique. Depuis des décennies, les rappeurs ont épuisé les motifs habituels de matérialisme criard, de violence sensationnelle et de sexualité dans leurs visuels. Mais certaines images ayant exploité ces traits ont réussi à perturber un peu plus que d’habitude.

Qu’elles aient été conçues comme un stratagème marketing pour attirer l’attention des spectateurs ou réalisées comme une véritable représentation « artistique » du travail du rappeur, nous avons dressé une liste de dix covers d’albums hip-hop controversées qui ont réussi à provoquer la censure, la restriction légale et le tollé du public au fil des ans.

Ice Cube – Death Certificate (1991)

Le meilleur album d’Ice Cube est aussi largement considéré comme l’un des plus grands disques que le hip-hop ait jamais produit. Mais l’étude de Cube sur la noirceur, le racisme et son impact sur les villes américaines n’a pas été sans susciter la controverse. La cover de l’album classique de 1991 présente l’image de l’Oncle Sam sur un brancard, avec une étiquette sur l’orteil, alors que Cube se tient en arrière-plan, grimaçant avec une main sur le cœur. Les gens n’ont pas pris cette image à la légère: il y a eu des boycotts dans les magasins et, dans l’Oregon, une interdiction officielle, dans tout l’État, d’afficher l’image du rappeur dans les magasins.

 

Boogie Down Productions – By All Means Necessary (1988)

En 1987, après le meurtre de Scott La Rock de Boogie Down Productions, Krs-One a posé tout seul pour la cover de leur deuxième album, regardant par la fenêtre à la recherche d’ennemis, saisissant un Uzi comme Malcolm X avait son fusil deux décennies auparavant (un clin d’œil à la célèbre photo de Don Charles). L’album à orientation politique, qui a fait date, couvrait des questions sociales telles que la pauvreté sanctionnée par le gouvernement, la corruption du gouvernement et de la police, le sexe protégé et la violence dans la communauté hip-hop. La cover de l’album, qui présente une pose d’inspiration militante tristement célèbre, associée à des paroles controversées, a fait hérisser quelques plumes dans l’industrie de la musique.

2 Live Crew – As Nasty as They Wanna Be (1989)

Les MCs de Raunchy Miami, 2 Live Crew, se sont battus longtemps et durement pour leurs droits du Premier Amendement lors des procès d’obscénités très médiatisés qui se sont déroulés en 1990 à l’occasion de la sortie de cet album. La pochette, ainsi que les paroles du disque, ont rendu les parents furieux et le groupe est devenu la cible du Centre de ressources musicales pour les parents de Tipper Gore. Un juge de district fédéral a également jugé que l’album dans son ensemble était obscène et a interdit aux gens de le posséder, le jugement a ensuite été annulé.

 

Nas – Untitled (2008)

La communauté noire (et l’Amérique dans son ensemble) a longtemps lutté contre l’utilisation du « mot commençant par N », et en 2008, il n’en a pas été autrement. Nas a été critiqué lorsqu’il a annoncé que son nouvel album allait simplement s’intituler « N*gger ». Al Sharpton, la NAACP et d’autres leaders noirs se sont réunis pour critiquer cette décision en masse, faisant pression sur Nas pour qu’il change finalement le titre en « Untitled ». La pochette, cependant, est restée assez saisissante, et représente Nas fouetté, illustrant les cicatrices laissées sur les corps des esclaves africains pendant l’esclavage américain. La forme des coups de fouets dévoilant le N de « N*gger » montrait comment ces cicatrices restaient encore aujourd’hui dans la communauté noire. Car l’Amérique a adopté une forme d’esclavage différente depuis 1865, qui continue à opprimer et à soumettre les Noirs.

N.W.A – Efil4zaggin (1991)

N.W.A. a toujours été présenté comme l’incarnation de tout ce qui n’allait pas dans le hip-hop. Si l’illustration de leur dernier disque, qui représente leur esprit s’élevant de la scène de leur meurtre, n’a pas fait trop sourciller, le titre, Niggaz4Life lu dans un miroir, l’a fait. DJ Yella a dit à Rolling Stone en 2016 que l’idée était de lui, et MC Ren a ajouté : « C’est ce que tout le monde pense de nous. C’est ce que nous pensons de nous-mêmes. C’est comme ça que notre groupe est ». Malgré la controverse, « Efil4zaggin » est arrivé en tête du classement des meilleures ventes d’albums.

 

The Coup – Party Music (2001)

Les piliers de la Bay Area, The Coup, ont eu l’idée d’utiliser une image d’eux faisant exploser le World Trade Center avec leur album « Party Music » de 2001. Leur timing ne pouvait pas être pire. La cover a été créée en juin 2001, trois mois seulement avant les attaques terroristes qui ont secoué le monde le 11 septembre. Et l’album était prévu de sortir… en septembre! Bien évidemment, la pochette de l’album a été modifiée et le projet a été repoussé à novembre 2001.

Snoop Dogg – Doggystyle (1993)

Doggystyle a été le premier album de SnoopDogg et a connu un succès immédiat. Le titre de l’album fait allusion à la position sexuelle de la levrette tout en faisant référence au nom du rappeur. Malheureusement, la cover n’a pas impressionné la militante des droits civils C. Delores Tucker et sa campagne contre le « gangsta rap ». En 1994, la pochette intérieure de l’album a été présentée comme preuve lors d’une audience sur le commerce, la compétitivité et la protection des consommateurs à Washington D.C. De plus, les critiques ont estimé qu’elle adhérait aux thèmes lyriques narcissiques et sexuels du « gangsta rap ». Techniquement, il n’y avait rien d’explicite sur la couverture du premier album de Snoop. C’était juste très suggestif.

 

Kanye West – My Beautiful Dark Twisted Fantasy (2010)

Yeezy n’est pas étranger à courtiser la controverse. Lorsqu’il a commandé à l’artiste George Condo un visuel pour la cover de My Beautiful Dark Twisted Fantasy, le rappeur aurait prétendu vouloir « quelque chose qui sera interdit ». Il a exactement obtenu ce qu’il voulait, car l’image représentant un Kanye démoniaque chevauché par une harpie nue, n’a pas été bien accueillie par un certain nombre de distributeurs prudents, qui ont par conséquent interdit la pochette dans leurs magasins. Heureusement, l’album comportait des pochettes de secours qui étaient plutôt insipides en comparaison.

Geto Boys – We Can’t Be Stopped (1991)

Les pionniers du son dirty south basés à Houston, ont saisi une opportunité avec la cover de leur troisième album. La photo graphique qui apparaît sur la pochette a été prise peu après que Bushwick Bill se soit pris une balle dans l’œil lors d’une dispute avec sa petite amie de l’époque. Scarface, Willie D et d’autres associés l’ont convaincu de prendre la photo à l’hôpital pour la pochette de l’album, bien qu’il le regrette maintenant et dise que cela lui fait encore mal de la regarder parce que c’est quelque chose de personnel qu’il a vécu.

 

Tupac – The Don Killuminati: The 7 Day Theory (1996)

Sorti à titre posthume sous son alter-ego Makaveli, The Don Killuminati fut le dernier album studio enregistré par la légende du rap de la côte ouest, Tupac Shakur. Mettant en scène un Tupac crucifié avec la citation « Le portrait n’est en aucun cas l’expression d’un manque de respect envers Jésus-Christ », la cover a servi de sinistre présage au destin du rappeur, qui avait été mortellement abattu deux mois avant la sortie de l’album. Représentation visuelle de ce que Shakur ressentait face à la façon dont les médias le traitaient, il va sans dire que le motif religieux de l’illustration a irrité la communauté chrétienne.