La « punition de l’excrément », le témoignage qui n’a laissé aucune chance à R Kelly

Les nombreux témoignages horribles des victimes de R Kelly dépeignaient le chanteur comme un prédateur sexuel et lui laissaient peu de chance d’entrevoir une issue positive lors de son procès.

Mais le témoin de loin le plus perturbant, selon des experts juridiques, a été « Jane », prénom d’emprunt d’une femme ayant souhaité gardé l’anonymat et qui a déclaré avoir commencé une relation de cinq ans avec Kelly alors qu’elle n’avait que 17 ans.

La jeune femme de 23 ans a craqué à la barre fin aout en décrivant l’une des pires choses que Kelly lui aurait fait faire : s’enduire la bouche d’excréments et les manger, le tout en se faisant filmer.

« Il m’a dit de m’enduire le visage, de dire exactement ce que je devais dire, de le mettre dans ma bouche et de faire comme si j’aimais ça », a déclaré la femme aux jurés en décrivant comment Kelly « me faisait faire des vidéos pour me punir ».

« Est-ce que vous vouliez faire ça ? » a demandé l’assistante du procureur Elizabeth Geddes, alors que Kelly était assis à l’autre bout de la salle d’audience déserte.

« Non », a répondu fermement Jane.

 

Les châtiments sadiques de Kelly

Dans une autre vidéo, Jane a témoigné qu’elle avait été forcée de dire de façon mensongère que son père avait abusé d’elle alors qu’elle pleurait encore après avoir reçu une sévère fessée – ou « châtiment », comme Kelly aurait appelé ces punitions – pour avoir enfreint l’une des règles du chanteur. L’idée, selon les procureurs, était qu’une telle vidéo pourrait être utilisée comme moyen de pression contre elle à l’avenir.

Le témoignage de Jane fait également allusion à d’autres horreurs que le chanteur lui a imposées, comme le fait d’être gardée dans une chambre pendant trois jours après avoir acheté un pantalon de survêtement Hollister de la mauvaise taille ou d’être battue avec une chaussure Air Force 1 de taille 12 pour avoir menti au chanteur. En 2017, elle a déclaré que le chanteur l’avait également forcée à avorter afin de « garder son corps étroit ».

 

L’impossibilité d’y voir une relation consentie

Mais une enquête menée auprès d’experts juridiques a conclu que le témoignage sur les excréments s’est distingué comme un pivot émotionnel potentiel dans l’affaire contre Kelly. Bien que le témoignage n’ait pas nécessairement permis d’établir une accusation spécifique, les experts disent qu’il a servi à couper l’herbe sous le pied de la défense qui prétend qu’il s’agissait d’une relation consentie.

« Il sera très difficile, voire impossible, pour la défense de faire valoir qu’il s’agissait d’un comportement consensuel de la part d’une petite amie ou d’une maîtresse, et cette image sera gravée dans l’esprit des jurés dans la salle de délibération », a déclaré un ancien procureur fédéral de New York, avant le verdict.

 

Le risque du contre-interrogatoire

« Je ne pense pas que vous puissiez l’aborder si vous êtes la défense », a-t-il ajouté. « C’est tellement loin que ça peut vous exploser à la figure lors du contre-interrogatoire. Vous avez juste à argumenter de manière générale que c’est une menteuse lors de plaidoirie. »

Au final, les avocats de la défense n’ont pas évoqué l’allégation d’excréments lors du contre-interrogatoire de Jane. Ils ont plutôt essayé de discréditer sa crédibilité en l’interrogeant sur les divergences entre son témoignage au cours du procès et ce qu’elle avait déjà dit aux procureurs. La défense a également fait valoir que Jane a menti à Kelly lorsqu’elle lui a dit qu’il avait 18 ans lors de leur première rencontre.

L’argument du caractère consensuel de la conduite était au cœur de la défense de Kelly, à savoir que ses accusatrices ne sont que des ex-petites amies mécontentes qui « ont un programme », comme l’a dit l’avocate de la défense Nicole Blank Becker dans ses arguments d’ouverture. Alors que l’équipe de Kelly a refusé de commenter directement l’allégation d’excréments de Jane, leurs affirmations en audience publique semblent se concentrer sur le fait qu’elle est une « menteuse ».

 

Les employés de Kelly complices

Mais selon les procureurs, l’entreprise de Kelly – qui comprenait ses chauffeurs, ses gardes du corps et ses assistants – a aidé le chanteur lauréat d’un Grammy à attirer des femmes pour la plupart mineures dans son cercle intime, à les transporter au-delà des frontières de l’État pour qu’elles le suivent à ses concerts et à faire respecter ses règles bizarres.

Au cours de la première semaine, huit témoins ont témoigné au sujet de Kelly, détaillant tous les efforts déployés par le chanteur et son équipe pour s’assurer que chacun de ses désirs soit satisfait.

« Le point commun, ce sont les exigences scandaleuses auxquelles ces femmes ont dû se plier et le fait qu’elles avaient l’impression de ne pas avoir le choix », a déclaré Jeffrey Cramer, ancien procureur fédéral.

 

« Personne n’inventerait une telle histoire »

Cramer disait lui aussi que les avocats de Kelly n’oseraient pas contre-interroger Jane sur la punition des excréments.

« Le témoignage est si imagé que le jury n’aura pas trop de mal à croire que le témoin a été contraint de faire quelque chose qu’aucune personne rationnelle ne serait contrainte de faire », a déclaré Cramer. « Personne n’inventerait une telle histoire. C’est tellement bizarre et embarrassant. »

De même, Gerald Griggs, un avocat qui représente plusieurs accusatrices de Kelly et leurs familles, a déclaré que le témoignage de Jane était « puissant » parce qu’« il a confirmé ce que nous savions déjà : rien de tout cela n’était consensuel ».

Il a ajouté qu’il croit que le témoignage de Jane « était la clé ».

 

La seule personne qui pouvait sauver R Kelly

Parmi les clients de Griggs figurent les parents de Joycelyn Savage, qui s’identifie toujours comme étant l’une des petites amies de Kelly et son témoignage aurait pu être crucial pour la défense, mais elle n’a pas souhaité venir à la barre pour défendre le chanteur.

« Je pense que la défense de R. Kelly avait désespérément besoin qu’une femme témoigne qu’elle était dans une relation avec lui et n’a jamais vu ce genre de comportement », a déclaré le procureur Rahman. « Sinon, l’effet cumulatif de ces victimes allait être écrasant ».

Cramer est d’accord, ajoutant que la défense « n’avait besoin que d’une seule personne qui tienne bon » pour discréditer certaines de ces allégations car il est « difficile de contre-interroger quelque chose d’aussi déchirant » que les allégations de Jane.

« Le témoignage parle de lui-même », a-t-il dit. « Si vous êtes la défense, vous devez séparer le jury de sa vie quotidienne de plombier et de comptable et le plonger dans cette existence surréaliste de musiciens de haut vol aux goûts uniques. »

Pour au moins un partisan de Kelly qui a assisté au procès tous les jours, le témoignage de Jane sur la vidéo de punition par les excréments n’était pas une source d’inquiétude.

« Qui sait si c’est authentique. Je n’ai pas vu la cassette », a déclaré la femme, qui a refusé de s’identifier, devant le tribunal fédéral de Brooklyn après le témoignage de Jane.

R Kelly a été reconnu coupable de tous les chefs d’accusations retenus contre lui, il connaitra sa sentence en mai 2022. Il risque la prison à vie.

Chloé Tissier
Inconditionnelle de musiques hip-hop, soul et r&b "Be bold, be brave enough to be your true self" - Queen Latifah

Stay Connected

610,238FansLike