French Montana et l’un de ses employés sont accusés d’avoir drogué une femme non identifiée alors qu’ils se trouvaient chez lui. Elle prétend que l’employé l’a également violée.

Les problèmes juridiques de French Montana se sont aggravés. Selon des documents qui auraient été obtenus par The Blast, une femme qui souhaite rester anonyme a intenté un procès contre Montana, son employé Mansour Bennouna et son label Coke Boy Records.




Dans le procès, la femme déclare qu’elle et Montana se sont rencontrés pour la première fois dans un studio d’enregistrement à Los Angeles en mars 2018. Plus tard, le rappeur l’aurait invitée dans sa résidence privée et elle affirme que c’est à ce moment-là que les choses ont pris un tournant tragique. Vers 6 heures du matin, French et Bennouna ont chacun à leur tour tenté leur chance. Peu de temps après, la femme affirme avoir perdu connaissance et s’est souvenue de « plusieurs hommes entrant et sortant de la chambre ». Elle prétend se souvenir que French Montana était l’un de ces hommes.

Ce n’est qu’à 13h30 que la femme a « repris conscience » pour trouver Bennouna la câlinant. Elle a ensuite déclaré aux autorités qu’elle avait « ressenti une douleur au niveau du bassin, du bas du dos et du vagin » et s’est rendue à l’hôpital pour se faire administrer un kit de viol après avoir quitté la maison « en pleurant hystériquement parce qu’elle avait l’impression d’avoir été droguée et violée ».

L’enquête a montré la présence de sperme et elle a signalé le viol présumé à la police. La femme, un aspirant mannequin, dit qu’elle a dû interrompre sa carrière à cause de l’incident. Elle intente un procès pour des dommages non spécifiés.