Les années 1990 et le début des années 2000 ont vu un grand nombre de femmes s’imposer dans l’industrie du rap, et beaucoup d’entre elles se sont appuyées sur des images sexuellement explicites pour faire avancer leur cause.

Nous avons écouté des artistes comme Lil Kim et Foxy Brown parler de leurs frasques dans la chambre à coucher, et les séances photos de la première ont donné lieu à des images qui inspirent encore les rappeuses d’aujourd’hui à ne pas avoir peur de trop montrer.

Eve a décidé de ne pas suivre cette voie et a récemment déclaré que son collectif, les Ruff Ryders, ne l’a pas forcée à changer sa personnalité afin de se conformer à un idéal selon lequel les femmes devaient se déshabiller pour vendre des disques.

« J’ai adoré ça. En fait, ils essayaient de me couvrir, littéralement. Je venais au studio et j’avais mon petit crop top avec un pantalon serré et je ne portais jamais de baskets, jamais. Je ne portais jamais de baskets. Je portais toujours des talons. Alors ils me disaient: ‘Tu peux mettre une paire de Timbs et un gilet?’. J’étais là: ‘C’est quoi ce bordel ?’ « 

 

« Ils n’ont jamais essayé de dire: ‘Sois telle ou telle personne, ou ceci se vend, alors tu dois essayer de faire ceci’. C’était toujours genre: ‘Yo, viens ici, viens au studio. Ecris ces bars. Ecris un super son et c’est bon. C’est tout.’ « 

Eve n’était pas la seule femme dans le rap qui a choisi de prendre une direction différente: Queen Latifah, Lauryn Hill et Da Brat n’en sont que quelques exemples. Pourtant, les femmes rappeuses et leur contenu sexuellement explicite ont, et continuent de faire l’objet de débats, les uns soutenant qu’il s’agit d’une mauvaise influence pour les enfants, les autres faisant remarquer que les hommes ont un contenu similaire depuis des décennies.

Inconditionnelle de musiques hip-hop, soul et r&b "Be bold, be brave enough to be your true self" - Queen Latifah