L’enfance déplorable de DMX qui buvait du parfum parce qu’il n’avait pas à manger

La vie de DMX fait partie des plus tristes et dramatiques des rappeurs. Trahi et délaissé par ses proches, battu par sa propre génitrice, abandonné par son père, la légende du Hip-Hop a brillamment réussi sa carrière riche en hits fin des 90’s, début des 00’s, et reste à ce jour l’un des MCs les plus respectés et adorés par les fans. Et cela tourne même en attachement et admiration lorsqu’on sait ce que DMX a vécu dans son enfance…

La vie tourmentée de DMX a débuté le 18 décembre 1970. Né Earl Simmons, il a passé son enfance dans les quartiers de Yonkers à New York, où la pauvreté et la violence y prédominaient.

 

Une mère célibataire

En toute logique, l’hostilité de la rue s’est propagée dans son foyer. Comme énormément de femmes de quartiers pauvres, la mère d’Earl, Arnett, a élevé Earl et sa grande soeur, Bonita, par elle même dans un appartement subventionné par le gouvernement pour les familles pauvres.

Sa soeur Bonita, sa mère Arnett, et DMX

Ray Copeland, oncle de DMX:

« Elle était jeune, sa mère était morte, elle galérait beaucoup. »

Sans surprise, Arnett avait énormément de difficultés, et même si Earl s’était fait à ce style de vie sordide, il a tenté dans choses impensables pour survivre:

« Ce que tu vois en grandissant est ce que tu acceptes comme normalité. Ce n’était pas aussi dur que les gens peuvent penser. Je vais te dire ce qui était difficile. Ce qui était difficile était de ne pas être capable de manger jusqu’à ce que ta mère se réveille. Car la nourriture était dans son armoire, et c’était difficile. Elle avait un flacon de parfum, et j’en ai bu en me disant que ça sentait bon, mais c’était dégouttant, mais j’avais faim à ce point. »

 

Ensuite vinrent les coups

En colère contre la vie et le père d’Earl pour les avoir abandonnés, la mère s’en prend alors son fils:

« Je me suis fait tabasser », confirme DMX.

Smokey Fontaine, auteur du livre ‘E.A.R.L: The Autobiography Of DMX’: « Elle prenait toute la peine qu’elle endurait dans sa vie et le déversait sur lui. Quand elle le frappait elle criait: ‘Tu n’es rien, tu es comme ton père.’ « 

Dans la famille même, ce n’était pas un secret, comme le confie Collie Middleton, oncle de DMX: « Il y avait des fois où il avait des traces de coups sur son corps dues aux frappes de sa mère. »

Et DMX ne pouvait pas y échapper:

« Quand tu te faisais tabasser t’étais dans l’appart donc tu ne pouvais pas sortir, t’avais juste à te laisser faire. Qu’est-ce que t’allais faire? Bouger de chambre en chambre? Te cacher en dessous du lit? Ca ne fonctionne pas. Certaines fois ça semblait hors de contrôle, mais je ne suis pas mort. »

 

La grand mère

Heureusement, il y avait une éclaircie en la personne de sa grand mère:

« Ma grand mère m’aimait à fond. »

Earl trouvait ainsi en elle l’amour qu’il recherchait auprès de sa mère, la considérant ainsi comme sa propre mère: « Elle n’imaginait pas que je puisse faire quoi que ce soit de mal, et grâce à ça, je ne faisais rien de mal. Ou en tous cas, elle ne le voyait pas (rires). »

Car du mal, il en faisait, comme vous pourrez le voir prochainement dans la suite de cet article.

Adra
Créateur et administrateur d'Adramatic Hip-Hop Pour toute demande (sérieuse) de promotion: adramatic(at)gmail.com

Stay Connected

610,238FansLike