Eminem rendait un magnifique hommage à Tupac lors d’une interview réalisée en novembre 2017:

Le truc c’est que… quand tu débutes ta carrière, t’es face à une toile blanche donc tu peux peindre où tu veux parce que ça n’a pas encore été peint dessus. Et ensuite ton deuxième album arrive et tu peins un peu plus. Au moment où t’arrives à ton 7ème et 8ème album, tu as déjà peint sur toute la toile, il n’y a plus de place où peindre. Donc où est-ce que tu vas aller si les gens attendent toujours quelque chose de différent de toi?
« Je veux qu’il parle de ceci » « Je veux qu’il parle de cela' » « Je veux qu’il crache » « Je n’aime pas quand il crache » « Il fait trop de rap compliqué » « Je n’aime pas quand il va trop vite
il fait ça trop souvent » « Je n’aime pas quand il met toutes ces syllabes ensemble mais qu’elles ne veulent rien dire ». Ca te laisse moins de possibilités donc c’est comme ça que je me sens tout le temps.

J’étais un étudiant du Hip-Hop et j’ai toujours étudié le rap. Une des choses que j’ai apprises de Tupac c’est que je ne sais pas comment il a toujours pu savoir quel mot il fallait mettre sur le bon accord. Je me rappelle quand il disait: « My broken down TV show cartoons in my living room, hey » sur Unconditional Love. J’étais là « Oh mon Dieu il aurait pu le dire sur la lige d’avant ça n’aurait pas été pareil, mais il l’a dit à ce moment là, sur cet accord ». J’ai énormément étudié ça, oh mon Dieu c’était tellement un génie, il ne s’est jamais trompé en disant quelque chose sur le mauvais accord. Ecoute Dear Mama: chaque pensée, mot, bar était là où ça devait être parce qu’il est tellement intelligent pour choisir ses instrus. Tupac disait toujours de ressentir ce qu’il disait et il fallait que tu le ressentes et pas simplement l’entendre.




Suivez-nous sur Twitter