Tout le monde connait le single ayant catapulté le petit rappeur underground de Detroit au rang de mégastar interplanétaire.

My Name Is, produit par Dr Dre, s’était hissé jusqu’à la 36ème place des meilleures ventes de single à une époque où internet et les réseaux sociaux ne permettaient pas de propulser un nouvel artiste comme actuellement.

Eminem raconte tout d’abord la séance studio lors de laquelle est née le futur hit.

« My Name Is a été la première chanson qu’on a enregistré Dre et moi. On en a enregistré 3 ou 4 en six heures ce jour là. Une chanson s’appelait Ghost Stories et une autre Hell Freezes Over. Je crois qu’il y en avait une autre mais je n’arrive pas à me rappeler de laquelle c’était. On en a toujours parlé parce que Dre dit qu’il y en avait 4. »

 

Il évoque ensuite sa toute première diffusion, à une époque où il vivait toujours en collocation.

« Paul Rosenberg vivait dans le New Jersey, juste de l’autre coté de Manhattan. On avait un appartement qu’on partageait avec trois collocs. Je dormais sur le canapé, on n’avait pas vraiment d’argent. On avait déjà filmé la vidéo et on l’a vu pour la première fois sur MTV. Elle avait été diffusée très tard la nuit. Je dormais sur le canapé et Paul l’a vue pour la première fois. »

 

« Okay, ce n’est pas une blague »

D’un coup, tout a changé pour lui.

« C’est à ce moment là que je me suis dis: ‘Okay, ce n’est pas une blague’. On se disait déjà ça quand on était en studio avec Dre. Mais quand le single est sorti, ma vie a tout de suite changé. En un jour. Rien que de sortir dehors, je ne pouvais plus. En un jour. En un jour je suis passé de faire tout ce que je voulais parce que personne ne me connaissait, à me faire suivre par des gens. C’était dingue. C’est à ce moment que c’est vraiment devenu compliqué, il y avait beaucoup de trucs à gérer en une fois. »

 

Sa mère en a d’ailleurs directement profité pour l’assigner en justice.

« Juste après que le premier single soit sorti, j’ai fait une séance de dédicaces dans le Virgin Megastore à Times Square. Pendant que j’y étais, un huissier de justice est venu m’apporter une convocation du tribunal. Ils savaient où j’allais être, et ils devaient me donner la convocation en main propre. Il s’est fait attaquer. Il était débile. Tu n’as pas besoin de donner la convocation en main propre, mais le gars s’était pris pour un cowboy. C’était un procès de ma mère je crois. »

 

Créateur et administrateur d'Adramatic Hip-Hop Pour toute demande (sérieuse) de promotion: adramatic(at)gmail.com