Beaucoup de questions continuent à rester sans réponses depuis plus de 20 ans concernant la relation entre R Kelly et Aaliyah. Kathy Iandoli, journaliste musicale et auteur de renom a mené sa propre enquête pour son livre Baby Girl: Better Known as Aaliyah qui sort aujourd’hui et dans lequel elle mène un parallèle avec les autres victimes du chanteur.

Iandoli explique que lorsqu’elle a commencé à écrire son livre sur la vie, la musique et l’héritage éternel d’Aaliyah, elle n’avait aucunement l’intention de mentionner R Kelly, estimant que la question avait été épuisée et ne voulant pas lui donner le crédit du succès d’Aaliyah. Mais après avoir regardé le documentaire bouleversant de Lifetime, Surviving R. Kelly, elle a su qu’elle devait en parler.

Et c’est ce qu’elle fait. Les deux premiers chapitres détaillent comment Kelly s’est infiltré dans tous les aspects de la vie d’Aaliyah, d’abord par le biais de l’oncle d’Aaliyah, Barry Hankerson, qui a découvert Kelly. Le chanteur et la chanteuse ont passé des heures ensemble, tant en studio qu’en dehors, pendant les neuf mois qu’a duré la création du premier album d’Aaliyah. Iandoli a noté que les paroles étaient clairement tirées du playbook bump ‘n’ grind de Kelly, mais cette fois « chantées par une petite fille ».

Pendant la promotion du disque, ils ont joué les timides. Aaliyah a seulement divulgué qu’ils étaient « très proches » et que Kelly était son « meilleur ami au monde ».

 

Kelly a même dicté la façon dont Aaliyah devait s’habiller, en prenant le dessus sur les stylistes pour le photoshoot de la cover de l’album, en insistant pour qu’elle porte des vêtements amples, des lunettes de soleil et même une plaque d’immatriculation de l’Illinois – son État d’origine – attachée au dos de sa veste, alors qu’Aaliyah est originaire de Detroit et de New York.

Alors que le comportement de Kelly a été rejeté comme étant de l’acharnement, il sert maintenant de présage inquiétant. Un exposé accablant du journaliste Jim DeRogatis, qui a couvert les crimes sexuels présumés de Kelly pendant plusieurs années, a poussé des parents inquiets et d’anciens membres de l’équipe de Kelly à accuser le chanteur de diriger une secte sexuelle.

Ils ont affirmé que Kelly demandait aux jeunes femmes de son entourage de cacher leurs silhouettes dans des vêtements amples ou des joggings parce qu’il ne voulait pas « qu’elles soient attirantes ». De plus, « lorsque des hommes entraient dans la pièce, les jeunes filles étaient obligées de se retourner et de faire face au mur afin d’empêcher les hommes de les regarder. »

 

« Le schéma du comportement perfide gagne en intensité de victime en victime », explique Iandoli. « On n’a pas vraiment prêté d’importance à Aaliyah avec ces lunettes noires pas vrai ? C’est seulement si vous rassemblez les éléments. Aaliyah portait des lunettes noires et les dernières victimes de R. Kelly font face à un mur lorsque des hommes sont dans la pièce. Il lui cachait les yeux. Ses autres victimes, il leur mettait des vêtements extrêmement larges. Il a commencé à le faire lorsqu’il façonnait Aaliyah. Tout cela fait partie d’un manuel, tout cela fait partie d’un modèle longuement utilisé ».

Inconditionnelle de musiques hip-hop, soul et r&b "Be bold, be brave enough to be your true self" - Queen Latifah