‘Book of Life’ est sorti en 1994 et est extrait de l’album Resurrection. Common raconte la vie d’un jeune homme vivant dans le ghetto devant faire face à plusieurs problèmes et la démotivation que cela engendre. Il s’agit d’un texte rétrospectif que l’on peut considérer comme un chapitre de sa propre vie.

Déprimé, Common fait appel à l’être Supérieur afin qu’il puisse lui venir en aide :

J’ai tellement de problèmes en tête
Je prends donc du temps sur ma journée
Pour prier et je dis, maintenant allonge-moi pour dormir
En espérant que je garde mon âme
Regarde, je me fais vieux et c’est un monde très froid

À deux doigts de sombrer, il essaie tant bien que mal de trouver des solutions. Bien qu’il tienne un discours plutôt fataliste à son égard, il souhaite sortir de cette humeur dépressive :

Je cherche à faire de nouvelles choses
Mais il n’y a rien à faire
J’ai vingt-deux ans
Dans la fleur de l’âge, je n’ai pas de temps pour une épouse
Je m’enfonce dans le tunnel, mécontent
Essayant de me trouver de la lumière
Au bord de l’obscurité, je chante moi aussi
Je ne suis peut-être pas le frère le plus noir
Mais on m’a toujours dit d’agir en fonction de mon âge et non de ma couleur
Ne sachant pas que ma couleur était différente de l’originale

Face aux injustices et aux difficultés qu’il rencontre en raison de sa couleur de peau, il perd parfois espoir. Toutefois, il a Dieu dans sa vie qui le guide lors de moments douloureux :

Alors maintenant, je chante le nouveau négro spirituel (musique sacrée née chez les esclaves des États-Unis au 19e)
Il dit : « Levez-vous, levez-vous
Défendez vos droits
Levez-vous, levez-vous
N’abandonnez pas le combat »
C’est genre, comment pouvez-vous comprendre la douleur
Quand vous n’avez jamais eu à rester debout sous la pluie ?
Quand il pleut, il tombe des cordes
Et c’est sur le point de dracher énormément
Dieu merci, je vous ai trouvé

Essayant tant bien que mal de se débarrasser de ses démons, il crache et choisit la facilité. Nocive et destructrice, il n’est pas assez fort mentalement pour y échapper :  

Alors que je marche sur le chemin de l’existence
Je rencontre de la résistance sous tous les angles
Je m’embrouille pour de l’argent
Espérant que ça dure jusqu’à la fin de la semaine
Mais je ne mange que du fast food
Et vous savez comment la malbouffe vous ronge
Je m’arrête au magasin d’alcool, je prends un pack de six
Sachant qu’une fois que j’en aurai fini avec ça, je reviendrai
Pour en prendre plus
Une fois que j’ai commencé, je ne veux pas m’arrêter
Et je ne peux pas faire demi-tour, la bière, je ne peux pas la refuser
Je verse la bière, je brûle mon foie
C’est ma vie, j’en profite

Mais là encore, Dieu est avec lui

En soit, la vie est un obstacle
En manoeuvrant dans le fumier, j’essaie d’être responsable
Je veux un emploi mais je ne cherche pas
Je n’essaie pas de me dégrader
Ce qui a foiré, c’est que j’ai eu une incitation
Mais cela s’est désintégré en un état qui a stagné
J’ai procrastiné
Je ne me souviens plus d’un jour où je n’étais pas intoxiqué ou défoncé
J’ai toutes les cartes en main, à tout moment je peux me replier
Ce qui a foiré, c’est qu’on ne m’a pas donné une si mauvaise main
Et j’avais un plan
Mais les choses ne se sont pas passées comme prévu
Comme elles étaient censées se passer
Dieu merci, je vous ai trouvé

Désespéré, il ne vit pas il survit. Il aurait dû faire des études afin d’avoir une meilleure situation, or il préféré procrastiner :

C’est comme une jungle, parfois
Je me demande comment je fais pour ne pas sombrer, je réfléchis
Et essaye de garder ma concentration dans cette nation idiote
On dit qu’il faut devenir médecin, mais je n’ai pas la patience

Il est nostalgique de ses années de lycée, à l’époque où il n’avait pas ou peu de responsabilités et qu’il n’était pas confronté aux difficultés de la vie.

J’ai été à l’école pendant quatorze ans et mon meilleur professeur fut l’expérience
Je m’en rappelle et j’aimerais pouvoir remonter le temps jusqu’à 89
Quand il n’y avait que le « soleil »
Mais maintenant, lorsque je vieillis il y a tant de tension et de stress
Je ne pense pas que je serai heureux tant que je ne trouverai pas la paix pour mon esprit, et découvrir qui je suis
Mais Dieu merci, je vous ai trouvé

Common a expliqué que ce morceau évoquait le passage à l’âge adulte:

« C’est la première chanson que j’ai écrite et qui parlait vraiment de mon passage à l’âge adulte. Quand je l’ai appelée mon « Book of Life », il s’agissait vraiment d’écrire cette leçon de vie et de savoir où j’en étais à ce moment-là. Je n’essayais pas de faire quoi que ce soit, mais j’écrivais simplement avec mon cœur et mon expérience. J’étais un peu intelligent, mais l’intelligence ne prime pas sur ce que dit votre âme. »

 

De quoi ça parle? est la section d’Adramatic Hip-Hop dans laquelle vous retrouverez régulièrement une analyse textuelle détaillée d’un son ainsi que la traduction de ses passages clés afin d’en extraire l’histoire qu’il raconte.