A l’époque où le Hip-Hop commençait à vendre des mixtapes dans la rue, DJ Whoo Kid a été pris, malgré lui, dans un beef entre Big Pun et Jay-Z.

Après une querelle entre le Terror Squad et le camp Roc-A-Fella qui a commencé au Club Carbon, quelques disstracks directs et subliminaux ont été lâchés des deux côtés. Whoo Kid entre alors en possession d’un diss de Sauce Money à l’encontre de Big Pun. Sans réfléchir aux conséquences, il le met sur une mixtape, et ça n’a pas plu au principal intéressé.

Dans une interview accordée à This Is 50, le DJ de 50 Cent s’est remémoré cette mésaventure.

 

Big Pun piège Whoo Kid pour qu’il vienne le voir

Il a commencé en évoquant un étrange coup de fil.

« Quelqu’un m’a piégé pour venir à Harlem, je pensais que c’était un promoteur, mais en fait c’était Pun au téléphone. Quelques semaines avant, il y avait un disstrack que Sauce Money avait sorti parce que Jay-Z et Pun avaient eu une querelle dans une boite. Et je pense qu’ils avaient frappé Jay-Z avec une bouteille. Jay-Z n’a jamais répondu mais Sauce Money a répondu. Et je pense que j’avais la seule chanson à l’époque où il clashait Pun vraiment durement. Il parlait de tuer Pun, des membres de sa famille, des trucs vraiment oufs. Mais j’étais le seul dj qui l’avait. Donc je pense que Fat Joe a appelé Beat Street à ce moment là. Et Beat Street lui a dit: ‘Yo, il y a ce gars prénommé Whoo Kid qui a une mixtape sur laquelle il y a un diss vraiment hard contre Pun. Et donc Pun m’appelle en se faisant passer pour un promoteur pour que je vienne à Harlem. »

 

« Pun s’est dit: ‘Pour qui il se prend à m’insulter comme ça?' »

Motivé par l’âpat du gain, Whoo Kid va au rendez-vous.

« Donc je vais à Harlem pour le rencontrer devant l’Apollo pour avoir 1000 dollars. 1000 dollars à l’époque pour moi c’était beaucoup d’argent, je n’avais jamais vu 1000 dollars. J’avais même appelé mon manager pour lui dire de ne pas y aller, que je voulais prendre l’argent moi même avec un pote. J’arrive et je ne vois personne, donc je pensais que c’était une arnaque. Donc je traverse la rue, je vais dans une cabine téléphonique et je téléphone à Pun, et je l’engueule parce que j’avais l’habitude d’engueuler les promoteurs à cette époque ‘Yo c’est quoi ce bordel p*tain? Tu ferais mieux de te ramener en vitesse.’ Donc Pun s’est dit: ‘Pour qui il se prend à m’insulter comme ça?’ Donc j’attends j’attends et je finis enfin par voir une Benz arriver avec un gars hispanique. J’étais content je savais que j’allais gagner 1000 dollars. Donc il descend de la voiture il me fait: ‘Whooo Kiiiiid’ je lui dis: ‘C’est moi!’ Donc je me dirige vers lui et il me dit qu’ils sont sur la 136ème rue et qu’il faut que je le suive. ‘Suis moi Kid, tu vas parler à Funk Master Flex, Flex est dans la voiture il t’attend. »

 

« Oohh je vais devoir me battre »

Une fois arrivé à destination, il comprend trop tard ce qu’il se passe.

« Et la manière dont ils avaient tendu le piège était parfait parce que je me suis retrouvé dans une voie sans issue. Il y avait trois immeubles, deux sur le coté, un au milieu, et au centre il y avait ce cercle. Et il y avait ce van avec des jantes, des effets de feu. Donc je me disais: ‘Ce n*gro Flex est à l’intérieur yo’. Et à mesure que je me rapproche du van, je vois que le conducteur est hispanique, donc je me dis ‘Flex a des chauffeurs portoricains.’ Je me rapproche encore plus et la porte s’ouvre, il faisait sombre mais je vois une grosse image et je réalisé que c’est Pun, et jusque là je n’avais pas pensé une seconde à la mixtape. Et à ce moment, ça me vient à l’esprit, et je me dis: ‘Oohh je vais devoir me battre.' »

 

« Il a sorti un Uzi et l’a pointé sur moi et ses potes ont fait pareil »

A ce moment, il pense à s’échapper, mais en vain.

« Le van était sur le coté donc j’étais bloqué, mon pote était dans la voiture en train d’écouter de la musique, de danser ou je sais pas quoi. Et je me suis dit que j’allais continuer de jouer le jeu du promoteur. Parce que dans ma tête je me disais: ‘Peut-être qu’ils veulent vraiment organiser une soirée avec moi’. Donc je me rapproche pour checker Pun ‘Yo quoi de neuf gars?’ Et il a retiré ses mains, elles sont passées derrière son cou genre il voulait pas me checker. Il m’a proposé de monter dans le van mais j’ai dit non. Et j’ai voulu me casser mais en faisant ça mes mains sont redescendues et il a cru que j’allais me saisir d’une arme et il a sorti un Uzi et l’a pointé sur moi et ses potes ont fait pareil. Donc j’ai fermé les yeux, et quand je les ai rouverts, j’étais dans le van. Ca a été aussi vite que ça. »

 

« A cause de cette chanson, les Latin Kings rigolent de moi »

Big Pun commence alors à lui expliquer la raison de sa présence.

« Ensuite il m’a dit: ‘Le son que t’as mis sur ton cd, aucun autre dj ne l’a sorti. Et je lui ai dit: ‘Quoi? Sérieusement?’ Je pensais que tous les autres dj avaient le même son. Donc j’étais à genoux dans le van, Pun a dit a ses potes de se calmer parce qu’ils me gueulaient dessus et tout. Donc il leur a dit de se casser et il m’a dit de m’asseoir à coté de lui. Et quand je me suis levé pour m’asseoir, la mixtape est tombée de ma poche. C’était comme dans The Matrix, c’est tombé, ça s’est ouvert, et le gars qui gueulait a commencé à crier encore plus, j’ai cru que j’allais mourir j’étais là ‘Ne me tue pas!’ Pun a dégagé le gars hispanique et m’a dit: ‘Le disstrack que tu as là, je comprends que t’es un dj de mixtape et que tu veux gagner ton argent’ parce qu’à ce moment on se faisait 15-20.000 dollars en vendant une mixtape, et il le savait. Et j’étais jeune à l’époque donc il m’a dit: ‘Tu sais quoi, je vais t’expliquer qu’à cause de cette chanson, les Latin Kings rigolent de moi. Et c’est pour ça que t’es là, ce n’est pas parce que j’ai envie de t’arracher la tête, mais je passe pour un fou parce que dans la rue je suis respecté par les Latin Kings. »

 

Big Pun, le vrai gangster de Terror Squad

Pun explique ensuite ce qu’il attend de Whoo Kid

« Donc sur ta prochaine mixtape je veux entendre comme intro ‘F*ck Jay-Z, dégage de là etc’. Et je lui ai dit: ‘Je ferai ce que tu veux mais laisse moi sortir du van.’ Tout était cool, il est parti, et même pas une minute après, deux autres jeeps sont arrivées avec des gars armés. Il avait fait venir une jeep à gauche et une à droite avec des gars prêts à tirer. Parce qu’après il voulait aller dans les bureaux de Roc A Fella pour discuter. Ce que j’ai appris, c’est que Big Pun était le vrai gangster de tout le Terror Squad. Parce que tu sais, il y a une raison pour laquelle leur nom était Terror Squad. Pun s’occupait vraiment des problèmes. »

 

Regardez l’interview ci-dessous:

Créateur et administrateur d'Adramatic Hip-Hop Pour toute demande (sérieuse) de promotion: adramatic(at)gmail.com