De l’arrestation de Snoop Dogg pour meutre au ban d’une chanson de Ice-T et de l’album de 2 Live Crew en passant par Vanilla Ice qui s’invente une vie, l’utilisation illégale d’un sample par Biz Markie, la condamnation de Slick Rick et l’apparition de Big Daddy Kane dans un livre de Madonna, voici huit news hip-hop entre 1990 et 1993 qui auraient fait le buzz sur internet et les réseaux sociaux aujourd’hui!

Un juge de Floride interdit “As Nasty As They Wanna Be” de 2 Live Crew

Date: 6 juin 1990

Le gouverneur de Floride, Bob Martinez, n’était pas un fan de la musique de 2 Live Crew au début des années 1990 et est allé jusqu’à la traiter de “pornographie audio”. Il a donc demandé aux avocats de l’État de voir si le troisième album du groupe pouvait ou non être interdit en vertu des lois sur l’obscénité que l’État avait mises en place. Et de manière incroyable, le juge de district américain Jose Gonzalez a décidé que l’État pouvait interdire l’album parce que 2 Live Crew a utilisé leur album pour faire appel à “un intérêt honteux et morbide pour le sexe”.

Cette décision n’a pas plu au fondateur de 2 Live Crew, Luther Campbell. Il a qualifié la décision du juge de “papier toilette” peu de temps après qu’elle a été rendue et a déclaré que le juge “ne comprend pas notre culture”. Et bien que le jugement ait conduit à une série d’arrestations ridicules – les propriétaires de magasins de disques et deux membres du Live Crew ont été placés en garde à vue pour avoir vendu et promu l’album peu de temps après sa sortie – le jugement du juge Gonzalez a finalement été annulé au niveau fédéral. La décision s’est retournée contre l’État de Floride et a contribué à propulser 2 Live Crew vers de nouveaux sommets en permettant à la chanson “Me So Horny” de devenir classique.

Slick Rick accusé de tentative de meurtre

Date: 3 juillet 1990

Slick Rick est largement considéré comme une légende du rap, en grande partie grâce à son album classique de 1988, The Great Adventures of Slick Rick. Mais le rappeur né à Londres aurait pu connaître un succès encore plus grand, sans les problèmes juridiques qu’il a rencontrés au début des années 1990.

 

Au cours de l’été 1990, Rick s’est fait tirer dessus par quelques hommes qui étaient amis avec son propre cousin et ancien garde du corps, Mark Plummer. Quelques jours plus tard, Rick a chargé un tas d’armes et sa petite amie enceinte dans sa voiture et a cherché à se venger. Il a fait le tour de son quartier jusqu’à ce qu’il trouve Plummer et, à cet instant, a tiré une série de coups de feu dans sa direction. L’un d’eux a touché et blessé un passant et un autre a heurté Plummer au pied. Après une brève poursuite, la police a rattrapé Rick et l’a arrêté. L’année suivante, il a plaidé coupable de tentative de meurtre et a été condamné de trois à dix ans de prison.

Rick a continué à sortir de la musique pendant son incarcération. Il a rushé son deuxième album, The Ruler’s Back, en 1991 avant de se rendre en prison et a sorti son troisième album, Behind Bars, en 1994. Mais son séjour au pénitencier a compliqué le maintien de son statut dans le rap game, et il a plus ou moins disparu de l’industrie jusqu’en 1996, date à laquelle il a été libéré de prison.

Vanilla Ice affiché pour s’être inventé une enfance difficile

Date: 18 novembre 1991

À la fin des années 80, la carrière de Vanilla Ice est en plein essor. Son premier single, “Ice Ice Baby“, est devenu la première chanson de rap à se retrouver en tête du classement des 100 meilleures chansons du Billboard, il a signé un contrat d’un million de dollars avec SBK Pictures pour jouer dans un film d’action-aventure et il rafle l’argent de concerts à travers le pays. Le mec blanc qui aurait appris le rap et la danse dans les rues de Miami et serait champion national de Motorcross semble alors inarrêtable. Si seulement tout cela avait été vrai…


Le 18 novembre 1991, le Dallas Morning News a publié un reportage qui mettait à mal la plupart des histoires que Ice racontait aux fans et aux médias. Il s’est avéré qu’il n’avait pas grandi dans les rues de la 305, et qu’il était originaire d’une banlieue tranquille de Dallas, qu’il est allé dans un lycée de Dallas dans les quartiers riches. De plus, on apprenait qu’il n’a remporté aucun des championnats nationaux de motocross qu’il prétend avoir gagnés. Tout cela n’était qu’une fraude.

Biz Markie poursuivi en justice pour avoir utilisé un sample sans en avoir reçu l’autorisation

Date: 17 décembre 1991

Croyez-le ou non, il fut un temps où les producteurs de hip-hop n’avaient pas l’impression de devoir demander l’autorisation pour utiliser un sample sur une chanson. Des équipes de production comme les Bomb Squad inondaient les chansons de samples sans même y réfléchir. Mais tout cela a changé après que le chanteur Gilbert O’Sullivan a poursuivi Biz Markie en justice.

O’Sullivan a entendu la chanson de Biz “Alone Again” sur son troisième album, I Need a Haircut, et a réalisé qu’il utilisait des samples de sa chanson “Alone Again (Naturally)“. O’Sullivan et sa maison de disques, Grand Upright Music, ont donc poursuivi Biz et sa maison de disques, Warner Bros. Records, pour violation des droits d’auteur et prétendent que Biz a utilisé le sample d’O’Sullivan sans en avoir obtenu l’autorisation. Et alors que Biz et Warner Bros. essayaient de faire valoir que le sample était une chose que tous les rappeurs et producteurs faisaient, le tribunal a donné raison à O’Sullivan et à son label.


L’affaire a eu un impact énorme sur toute l’industrie de la musique. Les maisons de disques se sont montrées beaucoup plus diligentes dans l’autorisation des samples, et certains producteurs ont cessé de les utiliser aussi souvent qu’auparavant à cause de ce que Biz a subi. Quant au principal intéressé, il s’est moqué de tout cela sur son quatrième album en l’intitulant “All Samples Cleared”.

Big Daddy Kane apparait dans le livre “Sex” de Madonna

Date: 21 octobre 1992

Malgré son talent au mic, Big Daddy Kane a pris plusieurs décisions douteuses au début des années 1990. Il y a eu la fois où il a accepté d’apparaître dans les pages de Playgirl, la fois où il a accepté de jouer un rôle dans le film The Meteor Man, et, bien sûr, la fois où il a accepté de prendre un tas de photos dénudées avec Madonna et Naomi Campbell pour le livre de Madonna sur le sexe.


Mais le fait que Kane soit nu dans le livre controversé n’était pas le problème principal. C’est qu’après son quatrième album terne, “Prince of Darkness”, il avait décidé de poser nu dans un livre de Madonna plutôt que de se remettre au travail.

Ice-T retire la chanson “Cop Killer” après une avalanche de critiques

Date: 1992

En 1990, Ice-T et son groupe Body Count ont écrit une chanson intitulée “Cop Killer“, un morceau qui mettait en scène un homme prenant position contre la brutalité policière en visant plusieurs policiers. Et lorsqu’ils ont finalement réussi à la sortir en 1992 – après avoir interprété la chanson en concert à plusieurs reprises en 1991 – elle a eu un impact immédiat.

La réaction à la chanson a été négative dans sa quasi-totalité. Tout le monde, du co-fondateur du Parents Music Resource Center, Tipper Gore, au président George H.W. Bush, ont sévèrement critiqué la chanson. Et la réaction a été si forte que, finalement, Ice-T a choisi de retirer la chanson du premier album de Body Count – même s’il aurait dit aux autres membres de Body Count qu’il se doutait que ce ne serait pas la dernière fois que les gens critiqueraient sa musique à cause de son contenu.


“Ils vont trouver autre chose pour me coincer”, aurait-il dit au groupe. “Je ne veux pas que Warner Bros. ou Time Warner aient à défendre cela, parce que c’est moi le problème. Vous verrez. Vous enlèverez la chanson et ils s’en prendront quand même à moi parce que j’ai réussi à faire en sorte que les enfants blancs m’écoutent. Je suis fatigué d’être le Willie Horton du moment.”

On se doit de préciser que Gerald Levin, le président et co-directeur général de Time Warner Inc, a défendu “Cop Killer” à l’époque avec une poignée d’autres cadres, d’avocats et de critiques musicaux. Ils ont fait valoir que les droits du Premier Amendement d’Ice-T lui permettaient de créer la chanson, et qu’essayer de le censurer était une erreur. En conséquence, “Cop Killer” reste l’une des chansons de rap les plus controversées jamais enregistrées.

Snoop Dogg arrêté pour le meurtre d’un homme

Date: 4 septembre 1993

La carrière désormais légendaire de Snoop Dogg a failli s’achever avant même d’avoir vraiment commencé. En août 1993, alors que Snoop était encore en plein milieu de l’enregistrement de son premier album, Doggystyle, il a été impliqué dans la mort d’un membre de gang prénommé Philip Woldermarian. L’homme a été abattu par le garde du corps de Snoop, McKinley Lee, à Los Angeles, alors qu’il conduisait une voiture avec Snoop. Et alors que les hommes ont plaidé la légitime défense en ce qui concerne la mort de Woldermarian, Snoop a été contraint de participer à un procès très médiatisé qui a maintenu son nom dans l’actualité pour toutes les mauvaises raisons pendant près de trois ans.


En février 1996, Snoop et Lee ont tous deux été déclarés non coupables de meurtre au premier et au second degré. Après que le jury a révélé leur verdict, Snoop a été photographié en train de prier en baissant la tête et, peu de temps après, il a révélé les conséquences du procès sur lui et sa famille:

“C’est une épreuve qui a affecté nos vies depuis deux ans et demi”, a-t-il déclaré. “J’essayais juste de savoir si j’allais être là pour élever mon fils.”

Delores Tucker et le Congrès national des femmes noires appellent au boycott du gangsta rap

Date: 1993

Après avoir vu un certain nombre de groupes de gangsta rap connaître le succès en 1993, notamment le premier album de Snoop Dogg, Doggystyle, qui s’est retrouvé en première position du Billboard cette année-là, Delores Tucker, la fondatrice du Congrès national des femmes noires, a décidé de lancer une protestation contre l’ensemble du genre du gangsta rap. Elle a donc réuni un groupe de femmes, dont Dionne Warwick, Melba Moore et Jamie Brown, éditrice de Sister2Sister, qui se sont mises au travail pour essayer de faire tomber des rappeurs comme Snoop, Dr Dre et Tupac. Elles se sont rassemblées devant les magasins de disques de la région de Washington D.C. et ont protesté contre la vente d’albums de gangsta rap car, après avoir écouté une poignée d’albums de ces albums à succès en 1993, elles avaient l’impression que cette musique était nuisible à la communauté.


“C’était très offensant pour nous, les femmes, car cela glorifie le sexe, la drogue, le viol et la forme la plus vile de relations humaines que l’on puisse imaginer”, a déclaré Tucker au Chicago Tribune au début de 1994. “Et nos enfants imitent ces choses qu’ils entendent et voient. Nous ne sommes pas contre le rap. Nous sommes seulement contre les gangsta et le rap misogyne. Tout le monde veut avoir l’air cool comme les gangsters et porter des armes à l’école, même aller en prison c’est cool. Les jeunes esprits sont exploités pour ne voir que le pire dans la communauté afro-américaine.”

Tucker et ses acolytes ne se sont pas contentées de manifester devant les magasins de disques. Elles ont également acheté des actions de grandes maisons de disques comme Sony et Time Warner, ce qui leur a permis de protester lors des assemblées générales des actionnaires. Et elles ont eu un tel impact que, en quelques années, les rappeurs ont commencé à clasher Tucker dans leurs chansons, avec Tupac en tête de liste sur How Do You Want It: “C. Delores Tucker, t’es une enfoirée / En structurant la façon dont t’essaies d’aider quelqu’un, tu détruis un frère”.

Mais cela n’a pas vraiment dissuadé Tucker. Elle a poursuivi sa croisade contre le gangsta rap tout au long des années 1990 et au début des années 2000, jusqu’à sa mort en 2005.