50 Cent n’a pas dit son dernier mot dans l’utilisation par Rick Ross de l’instru d’In Da Club sur sa mixtape Renzel Remixes Project sortie en 2015.

Après avoir perdu la première bataille l’année dernière lorsque le juge a annulé le procès car 50 Cent ne détenait pas les droits d’In Da Club qui appartiennent à Shady Records, les avocats du rappeur du Queens viennent de faire appel en changeant d’angle d’attaque.

Dans les nouveaux documents légaux, les avocats reprochent à Rick Ross d’avoir exploité le nom et la voix de 50 Cent en incluant son refrain sur le remix et en citant six fois le nom de son album « Black Market » afin d’en faire la promo:

« En ces circonstances, Mr Roberts (Rick Ross) a enfreint le droit de Mr Jackson (50 Cent). La publicité explicite de Mr Roberts pour Black Market constitue clairement un discours commercial, d’autant plus qu’il cite aussi la date de sortie, le 4 décembre. Mr Jackson conteste l’utilisation non autorisée de sa voix en tant que publicité pour un produit collatéral, Black Market, pour lequel il n’a aucun lien. »