La violence par armes à feu a affecté la culture hip-hop de multiples façons et a déjà emporté Tupac, Notorious B.I.G, Big L ou encore Jam Master Jay pour ne citer qu’eux. Heureusement, les fusillades ne sont pas toujours fatales, comme vous le prouveront ces 24 histoires de rappeurs/producteur qui ont survécu à des tentatives de meurtre, des balles perdues ou encore des tentatives de suicide.

Ol’ Dirty Bastard

Le 1er juillet 1998, le membre du clan Wu-Tang a été victime d’un vol au cours duquel il a été blessé par balle au dos. Il quittera l’hôpital quelques heures après avoir été admis, contre l’ordre du médecin. L’incident, qui s’est produit dans le quartier de Brownsville à Brooklyn, n’était que l’un des nombreux incidents impliquant ODB qui allaient faire la une des journaux au fil des ans, et rappeler le style de vie de la légende décédée, pour le meilleur ou pour le pire.

50 Cent

N’ayant peur de rien ni de personne, 50 Cent sort la chanson Ghetto Qu’Ran dans laquelle il révèle les noms de dealers de drogues ainsi que les patrons du business, parmi lesquels Kenneth ‘Supreme’ McGriff qui a peu apprécié la chose et a payé un hitman afin d’assassiner 50 Cent. Le 24 mai 2000, 50 se prend neuf balles alors qu’il était assis dans une voiture garée devant la maison de ses grands-parents à Southside Jamaica dans le Queens. Malgré les détails macabres, le général de la G-Unit a survécu et s’est servi de l’incident comme d’un carburant qui lui a permis de s’élever au sommet du rap. Aucune arrestation ne sera effectuée en relation avec la fusillade, mais le tireur a été abattu quelques mois plus tard…

Young Buck

Le membre du G-Unit a été blessé par balle à l’époque où il n’était pas du tout connu, le rappeur ayant été victime d’une fusillade chez lui à Nashville dans le Tennessee en 2000. Après que des voleurs armés ont envahi sa maison, qui servait également de repaire pour la drogue, à la recherche de stupéfiants, Young Buck a été touché et laissé pour mort. Il a pu se rendre à l’hôpital où il a reçu une transfusion sanguine pour des blessures menaçant sa vie, mais il a pu se rétablir complètement et poursuivre sa carrière de rappeur.



Timbaland

A l’âge de 15 ans, Timbaland a été accidentellement victime d’un tir par un collègue de travail, ce qui l’a laissé partiellement paralysé pendant neuf mois.

Trae Tha Truth

Le 20 juin 2012, alors qu’il se trouvait sur le parking du Scores Cabaret, le rappeur de Grand Hustle a été pris au milieu d’une fusillade qui allait tuer trois personnes, deux hommes et une femme. Se retrouvant dans le feu croisé, il fut toucher à l’épaule. Bien que la blessure ne fut pas mortelle, la fusillade a refait surface le 20 janvier 2017, lorsque Trae The Truth s’est filmé en train de retirer la balle logée dans son épaule alors qu’il était devant la caméra, partageant ce moment avec les réseaux sociaux qui s’émerveillaient du seuil de douleur et de la force psychologique du rappeur.

Waka Flocka Flame

Le 19 janvier 2010, Waka Flocka Flame a reçu une balle dans le bras alors qu’il était en train de se faire voler dans une station de lavage de voitures à Atlanta, en Géorgie.


OJ Da Juiceman

OJ da Juiceman s’est pris huit balles lors d’une fusillade en 2008. Il ne s’est cependant pas laissé abattre par cet incident: il a donné un concert quelques jours plus tard.

Beanie Sigel

Beanie Sigel a fait face à la mort à plusieurs reprises et a survécu pour raconter ses expériences, mais le 5 décembre 2014, le rappeur a failli se retrouver du mauvais côté de l’arme une fois de plus, lorsqu’il a été touché à l’abdomen devant sa maison de Pleasantville, dans le New Jersey. L’auteur n’aurait pas voulu tirer sur Sigel et visait quelqu’un d’autre. La brute de Broad Street a été laissée dans un état critique après la fusillade et aurait perdu un poumon, mais elle a depuis récupéré et repris sa carrière de rappeur, bien qu’avec une voix légèrement altérée en raison de ses blessures.

B-Real

En 1988, B-Real a reçu une balle dans le dos lors d’une altercation avec un gang rival, laissant le rappeur avec un poumon perforé. Après s’être remis de ses blessures, B-Real et son compagnon de groupe Sen Dog formeront Cypress Hill, et le reste appartient à l’histoire.


Fabolous

Le 17 octobre 2006, Fabolous fut victime d’une fusillade qui s’est produite dans un parking de Manhattan après une nuit passée en ville avec des amis. Après avoir assisté à un event dans le restaurant Justin de Sean “Diddy” Combs désormais fermé, Fabolous et sa team ont été approchés par un homme armé qui a tiré sur le rappeur une fois dans la jambe avant de s’enfuir. Lorsque le conducteur qui tentait de conduire Fab à l’hôpital a brûlé un feu rouge, le véhicule a été arrêté par la police qui a trouvé deux armes de poing chargées sans permis dans la voiture, ce qui a conduit à l’arrestation de Fabolous avant qu’il ne soit conduit à l’hôpital en garde à vue.

Obie Trice

La violence armée est donc tout à fait prévisible, mais lorsque l’on a appris que l’artiste Obie Trice de Shady Records avait été victime d’une fusillade, la nouvelle a été un peu surprenante vu qu’il n’était affilié à aucun gang. Le 31 décembre 2005, Trice a été touché par une balle alors qu’il conduisait sur une autoroute de la ville de Detroit. Les coups de feu ont fait éclater la vitre arrière du véhicule du rappeur, et une balle s’est logée à l’arrière de son crâne. Le tireur n’a jamais été arrêté et aucune charge n’a été retenue en rapport avec l’incident.

En 2006 dans le clip de Cry Now il montrera une photo de sa radio x où on aperçoit la balle qui était encore dans sa tête car les médecins craignaient que cela s’empire en l’enlevant.

Cam’ron

Le 23 octobre 2005, Cam’ron a reçu des tirs d’un homme qui tentait de voler sa Lamborghini à Washington, D.C.

Le 23 octobre 2005, le chef des Diplomats ses pris deux balles dans les bras alors qu’il attendait à un feu rouge dans sa Lamborghini à Washington D.C. Une tentative de car-jacking aurait été le mobile des tireurs, et Cam’ron en a profité pour faire la promo de son album en déclarant aux journalistes à sa sortie de l’hôpital: “Je me suis fait tirer dessus trois fois et mon album sort le 22 novembre”, ce qui indique qu’il n’a pas été affecté et qu’il n’avait pas l’intention d’obtenir justice, du moins légalement.

Lloyd Banks

Lors de son ascension aux côtés de 50 Cent et Tony Yayo en tant que jeune recrue du G-Unit, Lloyd Banks a été victime d’une fusillade à l’extérieur d’une boîte de nuit de Southside Jamaica dans le Queens. Le 11 septembre 2001, le “Punchline King” a reçu deux balles, une dans le dos et une dans l’estomac, avant de se rendre à l’hôpital le plus proche.


Tupac

Avant cette funeste nuit du 7 septembre 1996, Tupac avait déjà flirté avec la mort deux ans plus tôt, le 29 novembre 1994, dans une fusillade aux Quad Studios. Accosté dans le hall du célèbre studio d’enregistrement alors qu’il s’apprêtait à déposer un couplet pour un autre rappeur, Shakur allait être dépouillé de ses bijoux et se prendra cinq balles. Mais il allait survivre à l’attaque qui allait déclencher le beef entre la côte Est et la côte Ouest entre Shakur, le rappeur de Brooklyn The Notorious B.I.G., Sean “Diddy” Combs et la faction de Suge Knight de Death Row Records.

The Game

Le 1er octobre 2001 a été un moment tragique mais crucial dans la vie du rappeur The Game, puisqu’il s’est pris cinq balles lors d’une intrusion de domicile, ce qui l’a laissé dans le coma pendant trois jours. L’incident allait conduire à une révélation pour le natif de Compton, qui allait décider de laisser la vie de rue derrière lui et de débuter une carrière de rappeur pendant sa convalescence.

21 Savage

Le 22 octobre 2003, le jour de son 21e anniversaire, 21 Savage a reçu six balles alors qu’il était assis dans une voiture garée, lors d’un vol à main armée à Atlanta, dans le cadre d’une affaire de drogue qui s’est mal passée. 21 Savage survivra, mais son ami Johnny mourra d’une blessure par balle à la tête, une expérience qui explique le comportement intrépide du rappeur.

Bushwick Bill

Bushwick Bill est l’une des figures les plus intrigantes de l’histoire du hip-hop, avec une histoire plus macabre que la plupart des rappeurs ne pourraient pas imaginer. Au cours de l’été 1991, Bushwick Bill, alors membre des Geto Boys, s’est drogué et a bu de l’alcool avec sa petite amie avec laquelle il s’est disputé. N’étant plus maitre de lui même, il a voulu se ôter la vie en se tirant une balle dans l’oeil. Il sera déclaré mort, mais a pu être ranimé avec de la phencyclidine, et reprendra sa carrière après avoir récupéré de sa blessure. Bien que tragique, l’incident est devenu emblématique après qu’une image de Bushwick Bill se faisant conduire à travers l’hôpital par ses camarades Scarface et Willie D a été capturée et utilisée comme cover de l’album du trio en 1991, We Can’t Be Stopped, qui est devenu leur album le plus réussi et le plus acclamé à ce jour.


Freeky Zeekey

Freeky Zeekey est rapidement devenu un des préférés des fans des Diplomats grâce à ses commentaires hilarants sur les sons des membres du Dipset, Cam’ron, Jim Jones et Juelz Santana. Mais sa carrière a connu une période difficile lorsque l’hypeman/rappeur a été impliqué dans un incident bizarre qui l’a laissé avec deux blessures par balle, écrasé par une voiture, et un ami proche tué. Le 25 avril 2003, un accident de la route en pleine ville impliquant Freeky Zeekey et les occupants d’un autre véhicule allait tourner à la tragédie, alors que des coups de feu éclataient, blessant le membre des Diplomates à la poitrine et à l’estomac. Bien que Zeekey ait également été percuté par le véhicule des tireurs, il a été admis à l’hôpital dans un état stable, mais son ami, Eric Mangrum, n’a pas eu cette chance, car il est mort peu après la fusillade. Trois suspects seront arrêtés en relation avec la fusillade et accusés de meurtre, tentative de meurtre, tentative de vol et agression.

French Montana

French Montana vit peut-être actuellement la grande vie et fréquente les stars de la pop, les actrices et les mondains, mais le chemin du rappeur du Bronx vers la gloire a comporté quelques fusillades. En 2003, le rappeur, qui était alors plus connu pour être à l’origine du DVD Cocaine City, a été abordé par deux hommes alors qu’il sortait d’un studio dans le Bronx, et a reçu une balle dans la tête, ce qui a entraîné son admission en urgence à l’hôpital, où il allait passer plusieurs semaines afin d’y recevoir un traitement pour sa blessure. French finira par se rétablir complètement et poursuivra sa carrière dans les rues de New York jusqu’à atteindre le succès, un bien meilleur sort que celui de l’un des deux tireurs qui a été tué au cours de l’incident dans un cas apparent de “tir ami”.

Ghostface Killah

L’histoire de Ghostface Killah l’a non seulement vu échapper à la loi, mais lui a aussi laissé quelques impacts de balles dans le corps. Avant que le Wu-Tang Clan ne prenne de l’importance, Ghostface a été victime d’une fusillade alors qu’il résidait dans une ville industrielle de l’Ohio appelée Steubenville. Il a été touché au cou et au bras mais a survécu et est apparu sur certains des plus grands albums de rap de l’histoire, devenant ainsi une légende.


Lil’ Wayne

Lil Wayne a l’une des plus merveilleuses histoires dans le rap, mais tout cela n’aurait pas eu lieu s’il n’avait pas survécu à une tentative de suicide à l’âge de 12 ans. Le préadolescent avait trouvé un pistolet dans la maison de sa mère à la Nouvelle-Orléans et s’était tiré une balle dans la poitrine, manquant de peu son cœur. Il a été transporté d’urgence dans un hôpital local de la Nouvelle-Orléans par un policier qui n’était pas en service. Une expérience qui, selon lui, a modifié son point de vue sur la race, étant donné que le policier était blanc.

YG

Fort du succès de son premier album de 2014, My Krazy Life, YG était en studio pour préparer la sortie d’un autre album lorsqu’il a reçu trois balles à la hanche, le 12 juin 2015. Bien que le membre du gang des Blood ait refusé de coopérer et qu’aucune charge n’ait été retenue contre lui, YG a plus tard considéré que la fusillade était un “inside job”, une déclaration qui fait allusion au fait qu’il en savait plus qu’il ne le laissait entendre.

Uncle Murda

Uncle Murda a peut-être maitrisé ses habitudes au fil des ans, mais dès son entrée dans le monde du rap, ce natif de l’est de New York était un aimant à problèmes. Le 23 janvier 2008, le rappeur a reçu une balle dans la tête alors qu’il était assis dans une voiture garée sur le terrain d’ENY, mais les choses ont pris une tournure surprenante lorsque Uncle Murda a insinué que la police de New York avait quelque chose à voir avec la fusillade, se présentant comme une cible des forces de l’ordre. Les allégations portées contre la police auraient été sans fondement et aucune arrestation n’a été faite.


Troy Ave

L’année 2016 a été très tumultueuse pour Troy Ave, puisque le rappeur a survécu à deux tentatives de meurtre au cours de l’année civile. La première, qui a eu lieu le 25 mai 2016 lors d’un concert de T.I. au Irving Plaza de Manhattan, s’est terminée par une blessure par balle à sa jambe, la mort de son garde du corps et deux autres clients du club. Ave a été arrêté et accusé de tentative de meurtre et de possession d’armes après que des images de lui ouvrant le feu dans le club ont été diffusées et que la camionnette dans laquelle il a été transporté à l’hôpital a été fouillée, révélant deux armes à feu, dont l’arme présumée utilisée pour tuer son garde du corps. Mais le rappeur a été libéré sous caution en raison de preuves supplémentaires et de témoins qui ont fait surface. La deuxième fois où le rappeur a été blessé par balle s’est produite le jour de Noël 2016, lorsque Troy Ave a reçu une balle à la tête alors qu’il était assis dans un véhicule à Brooklyn. Mais il a survécu une fois de plus et a fini par raconter les événements qui se sont produits lors d’une interview accordée à l’émission The Breakfast Club de Power 105.