Avec Halloween qui approche, on a décidé de lister 10 chansons qui auraient pu faire des films d’horreur bien sinistres si ils avaient été adaptés au cinéma.

Kanye West – Monster

Imaginez un dealer de drogue qui peut se transformer en « Big Foot, Godzilla, King Kong, le monstre du Loch Ness, un goblin, une goule » et « un zombie dépourvu de conscience ». Mais ce n’est pas tout…

Maintenant imaginez un gars qui a des yeux « plus rouges que le diable ». Ok maintenant imaginez un monstre qui est également « un suceur de sang malsain ».
C’est une équipe assez malfaisante qu’on a là. On a juste besoin d’une bonne intrigue et, soyons honnête, le film s’écrit de lui même.

Eminem – 3 A.M.

Eminem a conçu l’un de ses personnages les plus psychopathes de tous les temps (et ça veut dire beaucoup) avec 3 A.M. Dans la chanson, Slim joue un homme qui se réveille nu dans un Mc Do avec du sang partout sur lui et des corps morts derrière le comptoir car « j’ai encore dû avoir un trou de mémoire ».

Et ce n’est même pas la moitié des actions morbides, et dérangées que son personnage réalise. Attendez de lire ce qu’il boit… Non en fait laissez tomber… Trop sordide à écrire.






DMX – Damien

Sur cette chanson, Damien est présenté comme l’ange gardien de DMX maaaaais, alors que l’histoire avance, on a droit à un rebondissement: Damien a commencé en étant l’ami de X (« il pense qu’on se ressemble beaucoup »), mais il se révèle être une influence calamiteuse pour le MC des Ruff Ryders. Et si un studio de cinéma choisi ce son, ils ont de quoi faire car il y a deux suites qui marchent pour en faire une histoire complète:
The Omen, une chanson avec Marilyn Manson qui montre la frustration ainsi que le désespoir de X (« Dans quoi je me suis fourré? »).
Et Damien III qui dégage une image plus claire tandis que X réalise dans quel pétrin il s’est fourré (« Maintenant je te vois tel que tu es »).
Trois chansons en un film? C’est faisable. Appelez-moi un réalisateur. Oh, et est-ce que X peut au moins faire une apparition?

Big L – Devil’s Son

Bien que ce furent les prouesses de Big L pour les punchlines lourdes et le flow harmonieux qui ont fait de lui l’un des piliers du game, son penchant pour les rimes diaboliques se faufilait de temps en temps dans ses chansons, pour notre plus grand plaisir.

Devil’s Son est un exemple de cette saveur démoniaque tandis qu’il décrit le passé d’un personnage qu’il a créé.

« J’étais méchant, je ne pouvais pas m’arrêter » rappait-il sur la chanson. « Lorsque j’étais en primaire, j’ai tabassé un gosse à mort avec un cube en bois ». N’est-ce pas la genèse d’un méchant de films d’horreurs? Il continue en mentionnant avoir un 666 sur sa tête, se vantant d’à quel point « tuer est amusant » et racontant bien d’autres expériences horrifiantes: « Un négro m’a frappé avec une canette de bière, ensuite il est parti en courant, plus tard ils l’ont trouvé pendu à un chandelier » sans oublier de préciser dans quel camp il se trouve: « Je roule avec Satan, pas Jésus Christ ».

Tech N9ne – Am I A Psycho?

Tech N9ne, Hopsin et B.O.B font équipe pour nous offrir le scénario d’un film d’horreur avec la chanson « Am I A Psycho? » Et cette question s’avère légitime lorsqu’on réalise que chaque couplet offre des arguments assez convaincants quant à un comportement psychotique.

Tech parle d’aimer le feu sur sa peau (et bien plus mais on ne développera pas ça ici), Hopsin parle de changements d’humeur qui transforment ses rêves en des scènes macabres tandis que B.O.B rappe de fracasser des visages et de les fracasser à nouveau. La chanson offre une solide toile de fond de trois personnages démentiellement effrayants qui pourrait clairement être développé avec le bon scénariste. En plus, le clip fait déjà office de trailer remarquable pour un film qui serait certain d’écraser le box office à Halloween.






Geto Boys – My Mind Playing Tricks On Me

La règle est que ce film doit commencer avec notre personnage principal assis tout seul dans une pièce en train d’observer des bougies. Le film doit aussi inclure l’image diabolique dépeinte par les Geto Boys.

Scarface a « des visions de corps en train de bruler ». Willie D est tellement parano qu’il craint pour sa vie mais voit seulement « trois citoyens âgés aveugles, estropiés et fous ». Pendant ce temps, Bushwick Bill vole les enfants qui sonnent aux portes et fini par combattre un fantôme invisible et voit ses mains recouvertes de sang en « cognant contre le bitume ».

Si ça a l’air terrifiant, c’est parce que ça l’est.

Gravediggaz – Diary Of A Mad Man

Vous savez pourquoi la chanson s’appelle « Journal intime d’un taré »? C’est un titre parfait pour cette chanson. Chaque couplet se lit comme une rubrique d’un journal et chaque ligne est effrayante. C’était comme si RZA, Killah Priest, Shabazz the Disciple et Frukwan avait fait un pari avant de rédiger leurs couplets: Qui peut produire le couplet le plus terrifiant?

Il y a des « visions de mort », « visions d’enfer », des crânes qui se font transpercer et, oh ouais, il y a RZA qui mâche son propre bras. Comment ne pourrait-on pas transformer ça en film d’horreur centré sur le journal intime d’un taré?

Donc qui a finalement gagné ce concours? Les fans d’horrorcore, et peut-être les fans de films d’horreur.






Esham – Dead Bodies

« Dexter » a donné au public télévisé un aperçu de ce qui se passe dans l’esprit d’un serial killer soigné. Dans 9 Dead Bodies, Esham nous en montre un désordonné. Avec des détails gores, le MC qui a grandi à New York et dans le Michigan a livré un compte rendu glacial de ses 8 meurtres vicieux.
Mais alors, pourquoi la chanson s’appelle « 9 Corps Morts » si il parle seulement d’en tuer brutalement huit? C’est parce que… (spoiler alert) il est censé être le neuvième…

Insane Clown Posse – Halloween Head

Les rivaux de longue date d’Eminem, Insane Clown Posse, ont créé une chanson au thème lugubre d’Halloween qui pourrait fonctionner à merveille dans une maison hantée. Shaggy 2Dope et Violet J s’échangent des couplets menaçant:

« I snatch innocent bitches, and then I shake em / And shake em, until they stop moving, I break em / Fuck em, I choke em, I splat them on the wall, splatter! »

« J’enlève des salopes innocentes et ensuite je les secoue / Et le secoue jusqu’à ce qu’elle s’arrêtent de bouger, je les brise / Je les baise, je les étrangle, je les éclabousse contre le mur »

 

« I buried ten men up to their chin / And kick every last one of they face in / Cause it’s fun, it’s free, it’s halloween mean / And I’m a halloween crack fiend »

J’ai enterré dix hommes jusqu’à leur menton / Et j’ai frappé ce qu’il restait de chacun de leur visage / Parce que c’est fun, c’est gratuit, c’est méchant à la Halloween / Et je suis un drogué d’Halloween »

 

En plus, on y retrouve une scène traditionnelle d’Halloween: « Une sorcière sur un balai avec une lune pleine derrière elle ». Si ça c’est pas Halloween, alors tu ne connais rien.




Brotha Lynch Hung – Sweeney Todd

Faire un top des meilleures chansons d’Halloween sans en inclure au moins une de Brotha Lynch aurait été un affront vu que trois de ses albums sont directement basés sur une histoire de serial killer.

Et parmi tout son catalogue glaçant de chansons horrifiantes, j’ai choisi Sweeney Todd dans laquelle il ne fait pas que décrire comment tuer des gens, mais aussi comment les manger.

« After I kill a nigga I pull out the phone and take a quick picture / Niggas call me Sweeney Todd cause I cut ’em up and make Philly steaks / Bend the bones and they really break, then refrigerate, I’m a sixer »

« Après avoir tué un négro je prends le téléphone et prends une photo / Les négros m’appellent Sweeney Todd parce que je les découpe et en fait des steaks de Philadelphie / / Je lie les os et ils cassent vraiment, ensuite je les mets au congélateur »

 

« I slit that bitch in the wrist when I seen that shit, God is your witness / I watched her bleed all over the couch, then the bitch start screamin’ / So I put the duct tape all over her mouth, after death, start eatin’ »

« J’ai coupé cette pute au poignet quand j’ai vu cette merde, Dieu en est témoin / Je l’ai regardée saigner partout sur le canapé, ensuite la pute a commencé à crier / Donc j’ai mis le ruban adhésif sur sa bouche, après qu’elle soit morte, j’ai commencé à manger »

 

« I’m the reason they keep findin’ things in the harbor / I brag about it, wrote letters to the police, I don’t give a fuck / I put that nine millimeter to your head before they lock me up »

« Je suis la raison pour laquelle ils continuent à trouver des trucs dans le port / Je m’en vante, j’écris des lettres à la police, j’en ai rien à foutre / Je mets ce 9mm sur ta tête avant qu’ils m’enferment »

 

« Strip ’em butt-naked, eat it for breakfast, bitch, I cut them sections up
You don’t believe it, but they up in the freezer, they all sectioned up »

« Je les fous à poil, je les mange pour le petit déjeuner, salope, je découpe ces morceaux / Tu ne le crois pas, mais ils sont dans le congélateur, ils sont tous découpés »




« I’m a hostile and it’s possible that I cut you up so much / That it ain’t no need for the hospital »

« Je suis hostile et c’est possible que je t’ai tellement découpé / Que tu n’as plus besoin d’aller à l’hôpital »

Article rédigé par Gilles B. (traduction des paroles par Adra)